Gérer les risques aujourd'hui et demain

Miser sur la prévention pour réduire les addictions aux drogues

16-04-2018

La sensibilisation des salariés aux risques sanitaires et sociaux liés à la consommation de drogues a démarré dans quelques entreprises. Les campagnes de prévention s'appuient de plus en plus sur des autotests permettant de détecter rapidement dans la salive des traces d'alcool, de médicaments ou plus récemment de cannabis.

100 000 boîtes de cet autotest devraient être distribuées
cette année en France. © Medisur
Dans les 10 années qui viennent, un Français sur quatre sera cruellement, directement ou indirectement, touché par les dommages d'une addiction, prédit le docteur William Lowenstein sur son site SOS Addictions, l'association qu'il préside. Avec cette affirmation alarmante, ce médecin espère notamment convaincre les chefs d'entreprise d'intervenir auprès de leurs salariés afin de les sensibiliser aux risques encourus. Il y a urgence : « La consommation de substances psychoactives (SPA) telles que l'alcool, le cannabis et les médicaments est à l'origine de 20% des accidents du travail », rappelle de son côté Marc Elie, dirigeant d'Elicole, une entreprise de formation basée à Montpellier spécialisée dans la prévention des addictions en milieu professionnel.

Une consommation en milieu professionnel pour se remettre des effets du travail


Les causes des addictions sont multiples et ne relèvent pas uniquement de facteurs liés à la vie privée. Elles peuvent aussi être liées aux conditions de travail, selon Marc Elie. Ce constat est partagé par l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Dans un article paru dans sa dernière newsletter, l'institut estime indéniable que des facteurs professionnels puissent contribuer à déclencher, maintenir ou aggraver des conduites addictives. En milieu professionnel, les SPA sont consommées pour leur rôle dopant ou stimulant afin de réaliser les tâches au rythme attendu. Egalement prisé, leur effet anesthésiant qui aide les salariés à se détendre face à la pression ou au stress, à réduire la fatigue ou la douleur physique, à mieux récupérer et se remettre des effets du travail.

Consommation accrue dans certains secteurs


Plusieurs études ont mis en évidence des consommations accrues dans certains secteurs d'activité : agriculture, marine civile, BTP, arts et spectacles, hôtellerie-restauration, transports. « Quasiment tous les secteurs sont concernés, de la communication au secteur bancaire, de l'agroalimentaire au service public en passant par le monde juridique ou l'Armée », souligne l'INRS. Derrière leur effet stimulant ou anesthésiant, les SPA présentent des risques souvent mal évalués par les consommateurs. A commencer par l'effet du cannabis, qui peut provoquer des risques d'endormissement ou de mauvaise interprétation de l'environnement. Attention dès lors aux risques juridiques ! « En cas d'accident mortel provoqué par un salarié ayant consommé une SPA, l'employeur peut se voir condamné au plan pénal sachant qu'il a une obligation de résultat en matière de prévention des risques », rappelle Marc Elie.

L'Usage d'autotests strictement encadré dans les entreprises


De plus en plus d'employeurs prennent aujourd'hui la mesure d'un tel risque. « Nos autotests salivaires sont achetés par des entreprises travaillant dans l'industrie, la construction ou le transport routier afin de vérifier que leurs salariés ne sont pas sous l'emprise de drogues », témoigne Edouard Rauline, cofondateur et associé de Medisur, une entreprise basée près d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) qui conçoit et développe des tests, pour le dépistage de drogues et d'alcool, distribués en pharmacie. Rappelons que l'utilisation des tests de dépistage dans les entreprises en interne est autorisée mais encadrée depuis une décision du Conseil d'état rendue le 5 décembre 2016. Le juge suprême administratif y stipule qu'un test salivaire de dépistage de produits stupéfiants peut être pratiqué par un supérieur hiérarchique. Mais il est nécessaire que les modalités soient inscrites dans le règlement intérieur en précisant que le contrôle ne concerne que les salariés occupant un poste à risque.

Les Français, premiers consommateurs de cannabis en Europe


Pour autant, la prévention et la sensibilisation contre les effets de l'addiction aux drogues concerne tous les employés. Selon une étude de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) parue en 2017, la France est championne d'Europe de la consommation de médicaments et de cannabis. Cette plante illicite est consommée par 28% des 18-25 ans. Conscientes de ce problème, de grandes entreprises ont prévu d'offrir à leurs salariés des kits de test salivaires pour la détection du cannabis conçus et développés par Medisur, qui compte 10 personnes dont 4 docteurs en biologie. Vendu sous la marque « Cannabis Verdict », il s'agit d'un autotest de dépistage utilisé auparavant dans les hôpitaux et adapté à une distribution auprès du grand public. Ce test salivaire détecte la présence du THC (tétrahydrocannabinol, nom de la substance active du cannabis) dès lors que sa consommation dépasse 50 nanogrammes par milligramme de salive. « Trois minutes suffisent pour obtenir un résultat », explique Edouard Rauline, un des associés de Médisur. Avec ce test, le consommateur sait si des traces de THC subsistent sachant qu'il faut six à huit heures pour qu'elles disparaissent dans le sang, sauf consommation intensive. L'autotest salivaire est distribué en partenariat avec SOS Addictions et Elicole. Ce dernier est à l'origine de Cannabis Verdict, du nom du livret pédagogique disponible à l'intérieur du kit salivaire. Ce document explique les enjeux et les risques de la prise de drogue pour le consommateur. « Enfin, la boîte d'emballage est estampillée d'un QR Code qui l'amène vers une vidéo de William Lowenstein parlant de l'incidence du cannabis sur les consommateurs », indique Edouard Rauline. Cette année 100 000 tests seront distribués auprès des particuliers et des entreprises.

Eliane Kan

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée
Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.