Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Des bottes motorisées pour aider à marcher

Des chercheurs de l'Université de Stanford ont inventé un exosquelette d’assistance à la marche. À fixer sur les chevilles, ce dispositif pourrait bien faciliter le quotidien des travailleurs dont la profession oblige à marcher longtemps.

Pour lutter contre les TMS et faciliter la mobilité, une équipe de scientifiques de l’Université de Stanford a mis au point un exosquelette de cheville d’assistance à la marche. Récemment testée en dehors du laboratoire, cette paire de bottes intelligente permettrait de marcher plus vite tout en produisant moins d’efforts. De quoi améliorer la collaboration homme-robot dans un large éventail de tâches comme le travail en usine, la vie assistée, la chirurgie, ou encore la logistique. 

l-exosquelette-fait-marcher-9%-plus-vite

Cet exosquelette permettrait de marcher 9 % plus vite avec un gain de 17 % d’énergie.
© Stanford University / Kurt Hickman

17% d’énergie économisée

« L’assistance optimisée a permis aux personnes de marcher 9 % plus vite avec 17 % d’énergie dépensée en moins par distance parcourue, par rapport à la marche avec des chaussures normales », a déclaré le chef d’équipe Steve Collins. 

Des capteurs de mouvement

Pour cela, l’exosquelette a été conçu comme une botte motorisée capable de remplir la fonction du muscle du mollet, aidant l’utilisateur à pousser à chaque pas. Par ailleurs, le dispositif embarque des capteurs pour mesurer la force et le mouvement de la cheville. 

le-dispositif-embarque-des-capteurs-de-mouvement-coupes-a-des-algorithmes-d-apprentissage-automatique

Le dispositif embarque des capteurs de mouvements couplés à des algorithmes d’apprentissage automatique.
© Stanford University / Kurt Hickman

Une phase d’adaptation à l’utilisateur

En fonction de ces données, des algorithmes d’apprentissage automatique peuvent alors adapter le niveau d’assistance à la marche de la personne. L’équipe indique qu’il faut compter environ une heure de marche pour que l’exosquelette s’habitue à l’utilisateur. 

Une solution pour aider les personnes âgées

Outre l’amélioration de la mobilité dans de nombreux secteurs professionnels, les scientifiques voient dans leur exosquelette une solution pour les personnes âgées ou souffrant de handicap. Ils planchent de fait sur une version qui pourrait remédier aux douleurs articulaires. 

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion