Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Un exosquelette poids plume pour travailler les bras en l’air

La jeune pousse tarbaise HMT a mis au point un exosquelette pesant seulement 1,5 kg. Malgré sa légèreté, ce modèle d’assistance au port de charges lourdes bras en l’air est capable de soulever jusqu’à 6 kg.

Certaines professions comme peintre en bâtiment, électricien, ou encore charpentier imposent des postures de travail particulièrement pénibles. Comme le travail des bras en hauteur. Pour diminuer le risque de TMS dans ces tâches, la start-up tarbaise Human Mechanical Technologies (HMT) s’est lancée dans la conception d’exosquelettes. Récemment, elle a lancé Plum’, un modèle originellement destiné à soulager les opérateurs du groupe Enedis. Lesquels opèrent à distance à l’aide de perches sur les lignes électriques du fournisseur.

l-exosquelette-plum-a-ete-concu-pour-soulager-les-operateurs-du-travail-bras-en-hauteur

L’exosquelette Plum’ a été conçu pour soulager les opérateurs qui travaillent les bras en l’air. Il a notamment servi aux techniciens des travaux sous tension d’Enedis. © HMT

De 1 à 6 kg par bras

Le grand vainqueur du prix Start’in Pyrénées 2018, HMT poursuit sa croissance.  En six mois, ses équipes techniques ont développé un exosquelette destiné au travail des bras en hauteur. Sa particularité ? il ne pèse que 1,5 kg. Ce qui en fait l’un des modèles les plus légers dans sa catégorie. Grâce à ses nombreux réglages, l’exosquelette s’adapte à de nombreuses morphologies mais aussi à de nombreuses situations de travail. Ainsi, la start-up vise des secteurs comme l’automobile, l’aéronautique ou encore le BTP. En d’autres termes, l’ensemble des professions qui obligent les opérateurs à lever les bras pour réaliser une tâche. À cet égard, Plum’ confère une assistance variant de 1 à 6 kg par bras. Pratique pour repeindre un plafond…

Soulager les techniciens d’Enedis

À l’origine, la start-up a basé son activité sur la conception d’exosquelettes sur-mesure, adaptés à l’activité de chaque client. Dans le cas d’Enedis, il s’agissait de soulager l’effort physique des techniciens lors de travaux sur les lignes électriques. Et notamment des équipes Travaux Sous Tension (TST) qui réalisent un travail à distance à l’aide de perches. Une activité qui oblige à porter des charges allant de 2 à 7 kg. Avec un degré de pénibilité variant selon le matériel utilisé, la répétition des mouvements, l’intensité du travail fourni et la durée des missions.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion