Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Le Japon teste un robot en magasin pour faire respecter le port du masque

Baptisé Robovie, ce petit robot mobile à la tête ronde a été conçu faire respecter le port du masque et la distanciation sociale. Pour cela il embarque des caméras ainsi que des détecteurs lasers.

Alors que le Japon fait face à une troisième vague d’épidémie du coronavirus, certains commerçants emploient les nouvelles technologies pour faire respecter les consignes sanitaires. Ainsi, à Osaka, une boutique de sport a eu l’idée d’employer un robot pour prier les clients de porter leur masque. Ou de respecter les règles de distanciation sociale. Une innovation qui pourrait bien intéresser les entreprises qui doivent se plier à des règles sanitaires drastiques pour protéger leurs salariés.

grace-a-sa-camera-et-ses-capteurs-robovie-repere-les-clients-qui-ne-portent-pas-le-masque

Grâce à sa caméra et à ses capteurs, l’automate repère les clients qui ne portent pas correctement le masque. Et leur demande poliment d’y remédier. © Capture vidéo

Un robot parlant

« Pardon de vous déranger, mais pourriez-vous porter un masque ? », demande avec politesse cet automate baptisé Robovie en s’approchant d’un client au visage découvert. Comme on peut le voir dans une vidéo diffusée par le constructeur. « Merci de votre compréhension », ajoute le robot blanc en inclinant sa tête avec diplomatie lorsque son interlocuteur s’exécute. Monté sur deux roues, le petit robot poursuit sa déambulation entre les rayons du magasin. Sa mission : s’assurer que les acheteurs respectent bien les règles sanitaires. Notamment lorsqu’ils ne portent pas de masque ou se tiennent trop serrés dans la file.

Des caméras et des lasers

A l’origine, Robovie a été mis en service dans la boutique d’un club de football Cereso d’Osaka dans l’ouest du Japon. Et ce, dans le cadre d’une expérience menée par son constructeur, l’Institut international de recherche sur les télécommunications de Kyoto. Pour mener à bien sa mission, il est équipé de caméras et d’un laser de détection (Lidar).

Un robot encadré par un opérateur

Préprogrammé en fonction de l’agencement du magasin, il est ainsi capable de se déplacer sans encombre. Sachant que, selon le Daily Telegraph, le robot n’a le droit d’interpeller un client qu’avec l’autorisation d’un opérateur. Lequel doit confirmer au préalable et à distance l’irrégularité. Pour l’heure, le déploiement de Robovie est en phase de test jusqu’à la fin du mois de novembre.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion