Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

La vidéosurveillance au service de la distanciation physique

Le groupe Genetec vient de mettre au point un logiciel de comptage de personnes chargé de déterminer la densité d’occupation d’un lieu. De quoi aider les entreprises en reprise d’activité à se conformer aux nouvelles lois.

distance-sociale-limitation-virus

Pour limiter la transmission du virus, une distance d’au moins un mètre doit être maintenue entre chaque personne.
© John Tyson pour Unsplash

Alors que de nombreuses entreprises rouvrent leurs portes, elles doivent se plier à une réglementation sécuritaire et sanitaire drastique. Notamment en termes de distanciation physique pour lutter contre le risque de contamination… Or, pour veiller à respecter les règles de densité et d’occupation, le comptage manuel de personnes ne suffit pas toujours. C’est pourquoi le spécialiste des solutions de sécurité Genetec a eu l’idée de créer un logiciel dédié à cette tâche. Baptisé Occupancy Management, ce système de reporting s’appuie sur le réseau de vidéosurveillance existant pour déterminer le taux d’occupation. Dans le cas où ces limites sont atteintes, le système alerte automatiquement les employés. 

Surveiller la densité de personnes

Des musées aux restaurants, des magasins aux mairies… Comment savoir si le nombre de visiteurs reste dans les limites autorisées ? Avec ce nouveau dispositif, il s’agit de surveiller en temps réel les distances physiques entre chaque personne. Et ce, grâce aux caméras de vidéosurveillance sur place. Le logiciel, qui compte lui-même les présences, génère des données d’occupation dans un graphique. 

Des rapports d’audit

Si l’affluence déborde, les employés reçoivent alors une alerte sur leur smartphone, leur laptop, ou encore leur tableau de bord Security Center. Pour ce faire, le logiciel embarque des outils d’analyse et de reporting chargés du comptage à partir de la vidéosurveillance. Ce dispositif génère également des rapports d’audit sur le taux d’affluence. De quoi prouver la conformité de l’entreprise aux réglementations actuelles.  

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion