Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Des policiers surexposés au stress

La liste est longue du nombre de policiers qui se sont suicidés depuis le début de l’année. Mais 2011 n’est pas encore la plus noire. Il faut remonter à 1996, année durant laquelle 70 policiers s’étaient donné la mort.

Le 9 septembre : un suicide. Jeudi 22 septembre : trois suicides. Début juillet 2011 : un suicide. Avril 2011 : un suicide. La liste est longue du nombre de policiers qui se sont suicidés depuis le début de l’année. Mais 2011 n’est pas encore la plus noire. Il faut remonter à 1996, année durant laquelle 70 policiers s’étaient donné la mort. Par ailleurs, on a compté 30 suicides dans la police en 2010, 42 en 2009, 47 en 2008.
Un rapport de l’Inserm datant de 2010 a montré que « le risque suicidaire était plus fort de 36 % dans la police que dans le reste de la population. De 1998 à 2010, 590 policiers se sont suicidés dont 60 % avec leur arme de service » *.
Etre policier est loin d’être un métier facile. La profession est prise entre le malaise dû à la course au chiffre (dénoncée par certains syndicats) et l’image négative du policier colportée par certains. Et pour le ministre de tutelle, Claude Guéant, la série de suicides que connaît actuellement la police nationale est l’ « aboutissement de problèmes personnels »…
Toujours est-il qu’un rapport révélé en janvier 2011 par le Canard enchaîné montrait également les conditions de travail difficile des policiers. En 2008, 13 policiers ont été tués dont six sur le terrain, et 4 401 ont été blessés dans le cadre de leurs fonctions. Une situation qui ne risque pas de redonner le moral aux forces de l’ordre. Au-delà des risques spécifiquement liés à leur métier (tirs, coups et blessures…), les policiers sont soumis, plus que dans d’autres professions, aux autres risques professionnels : stress, pression de la hiérarchie, peur de la sanction… **
* Source : Marianne, lundi 26 octobre.
** Actuellement, un seul cas de suicide dans la police, celui d’un commissaire en 2008, a été reconnu comme accident de service.

Commentez

Participez à la discussion