Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

A la centrale nucléaire de Chooz, le bien-être au travail est l'affaire de tous

L'amélioration des conditions de travail n'est pas une question réservée aux seuls employés d'EDF. Les prestataires ont accès aux mêmes services de conciergerie, de massage et d'autopartage de véhicules électriques. Sans différence de traitement.

En matière de Responsabilité sociale des entreprises (RSE), le volet social se limite souvent aux salariés et prend rarement en compte le bien-être des prestataires présents sur le lieu de travail. D’où l’intérêt des services déployés à la centrale nucléaire de Chooz pour améliorer la qualité de vie sur le site. Des services ouverts à tous. « Il n’existe pas de différence de traitement entre notre personnel et celui des prestataires », indique Gérard Duchosal, délégué au développement durable du centre nucléaire de production d’électricité (CNPE) de Chooz* qui regroupe 765 salariés d’EDF et jusqu’à 230 employés permanents détachés par les prestataires – dont une grande partie effectue des interventions de maintenance sur le site.

Située dans les Ardennes, à 60 km de Charleville-Mézières, la centrale de Chooz s’est illustrée notamment avec ses services d’autopartage de véhicules électriques et de covoiturages opéré par Mopeasy, une startup spécialisée dans l’écomobilité partagée en faveur des salariés et de leur famille respective. 70 personnes dont 37 salariés du CNPE utilisent la flotte de véhicules électriques qui est constituée de 26 Renault Zoe**. Dans la foulée, un service d’autopartage réservé aux salariés et prestataires travaillant sur le site a été mis en place en août dernier. Ces derniers peuvent emprunter librement quatre Kangoo Renault Electrique afin de circuler à l’intérieur du site qui fait, rappelons-le, 200 hectares. Ce qui leur évite d’avoir à porter des pièces de rechange, des outils, des échafaudages et autres équipements difficiles à porter quand on est à pied.

Pour accéder aux véhicules, il suffit que leurs employeurs les inscrivent sur la plate-forme de Mopeasy. Une cinquantaine de prestataires ont ainsi entamé cette démarche. Une fois enregistrés sur la plate-forme, il suffit à leurs employés de passer leur badge devant un lecteur pour emprunter une des voitures. « De notre côté, nous savons à tout moment qui est au volant de nos Kangoo », souligne Gérard Duchosal. Ce service s’inscrit dans le cadre d’un projet qui vise à améliorer les conditions de travail sur les chantiers. « Cela passe aussi par la mise à disposition gracieuse d’outillages qu’ils peuvent trouver, tous comme nos salariés, dans notre magasin interne. »

Les services proposés aux prestataires ne se limitent pas à l’utilisation de véhicules électriques. A l’instar des salariés d’EDF, ils peuvent se rendre librement à la salle de sport. Et surtout profiter de la conciergerie ouverte de 7h30 à 16h30. Ce qui intéresse notamment les 1.000 à 2.000 intervenants qui viennent travailler au CNPE lors des arrêts de tranche. « Nous avons été les premiers à créer une conciergerie. Cette idée a été reprise par tous les autres sites EDF », poursuit Gérard Duchosal.

Le concierge est à la disposition des salariés et des prestataires qui ont par exemple à effectuer une réparation de véhicule, laver leur linge, ou encore trouver une chambre d’hôtel. En fonction de leur budget, le concierge se charge de trouver les prestataires qui sont payés directement par la personne intéressée. De quoi réduire les sources de stress et leur permettre de se concentrer pleinement sur leur tâche. Mieux encore, lors des arrêts de tranche, des séances de massage sont également proposées. Ce qui permet aux techniciens de se relaxer avant de reprendre leur travail d’un meilleur pied.

 Eliane Kan 

*Etendue sur 200 hectares, la centrale de Chooz abrite trois réacteurs dont un est en déconstruction tandis que les deux autres fonctionnent depuis leur mise en service en 1996 et 1997. La centrale produit chaque année 21,5 milliards de kWh.

**Le service d’autopartage a requis un investissement du CNPE de 120.000 euros hors budget de fonctionnement.Ce dernier est financé grâce à la suppression des indemnités kilométriques, en accord avec les représentants des salariés . Grâce à ce service le CNPE a réduit son empreinte carbone de 40 tonnes sur 300 tonnes de CO2 émises.

Commentez

Participez à la discussion