Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Une paire de chaussures à laçage BOA

Avec ce système de laçage de chez Heckel, pas de risque de trébucher sur ses lacets, ou qu’ils se prennent dans les rouages d’une machine. Pratique sur un chantier ou un site logistique...

Un artisan porte la nouvelle paire de running d’Heckel, équipée du laçage BOA.

En un simple clic, les lacets se nouent et restent bien en place tout au long de la journée. © Heckel

Inventée pour le monde du sport, de l’escalade et de la rando, la technologie de laçage BOA est en train d’investir le secteur de la chaussure professionnelle. Et pour cause, ce moyen de fermeture permet de sécuriser les lacets pour qu’ils ne se défassent pas inopportunément. Surtout sur les chantiers ! Parmi les nombreux fabricants de workwear qui ont adopté cette technologie, le chausseur alsacien Heckel vient de commercialiser une nouvelle paire de runnings, la RUN-R, a destination des transporteurs, des logisticiens et des artisans. 

Un câble robuste

Exit les risques de trébuchement dus à des lacets défaits : la technologie de laçage BOA consiste à faire passer un câble dans une bobine à cliquet qui se serre par simple rotation d’une molette. Inspiré des technologies de l’aviation, ce système a été conçu pour faciliter et sécuriser l’enfilage des chaussures, avec des techniques de fermeture plus précises que le laçage en nœud. Gage de sécurité, le lacet s’avère en réalité être un câble en acier inoxydable capable de supporter une tension dix fois supérieure à celle nécessaire pour un laçage confortable. 

Un micro-serrage plus précis

D’où l’intérêt que lui portent les professionnels du workwear. En ce qui concerne la chaussure de Heckel, le modèle est le tout dernier d’une gamme de running qui comprend déjà 15 paires. Il s’agissait pour le fabricant de prodiguer une plus grand ergonomie grâce à des pressions de serrage mieux réparties et donc plus ergonomiques. Autre avantage : les lacets sont disposés à l’intérieur du système, ainsi protégés, ils sont hors de portée de l’outillage, et donc des risques de coupure et d’abrasion. 

Une semelle ergonomique

Outre ce système de laçage, cette nouvelle chaussure comprend une semelle injectée en polyuréthane double densité (PU2D) connue pour ses propriétés d’amortissement et d’absorption des chocs. Pour évacuer la transpiration, le modèle est doté d’une tige en textile mesh et d’une doublure de tige polyester mesh 3D.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous