Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Une nouvelle solution de protection collective pour prévenir le risque NRBCE

Rapide et autonome, ce détecteur mesure en continu la qualité de l’air pour y détecter la présence d’agents biologiques. En cas d’alerte, les données sont transmises au poste de commandement.

La menace biologique ne cesse de progresser depuis une dizaine d’années. Pour limiter les risques, les fabricants proposent des solutions individuelles comme des gants, masques et tenues. À cela s’ajoutent des solutions de protection collectives. À l’instar du détecteur Ibac 2 de l’entreprise Flir. Cette solution détecte et collecte en temps réel et de manière autonome et rapide les agents biologiques et stupéfiants tout en contrôlant la qualité de l’air 24h/24 et 7j/7. Ce détecteur sera présent au salon Eurosatory 2022, le Mondial de la Défense et de la Sécurité qui se tiendra du 13 au 17 juin 2022 à Paris sur le stand de HTDS, une entreprise spécialisée dans la distribution et la maintenance de produits de haute technologie.

le-detecteur-ibac-2-succede-a-une-premiere-version

Le détecteur Ibac 2 succède à une première version déjà commercialisée dans le monde. © Flir

Détection par fluorescence induite par laser

Point fort d’Ibac 2, sa rapidité puisqu’il met moins de 60 secondes pour détecter des concentrations égales ou inférieures à la norme. Le détecteur utilise la fluorescence induite par laser UV pour distinguer les organismes biologiques. Ce qui lui permet de détecter quatre classes d’agents biologiques. À savoir, les spores, toxines virales, cellulaires et protéiques à des concentrations inférieures à 100 ACPLA (Agent Containing Particle Per Liter Of Air). En cas de présence avérée d’agents NRBC, le détecteur déclenche automatiquement une alarme, conserve les échantillons pour analyse et en transmet les données au centre de commandement et de contrôle. Conçu pour répondre aux besoins des Forces armées et de la sécurité civile, le système Ibac 2 peut être utilisé à l’intérieur d’un bâtiment comme à l’extérieur.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion