grace-au-teletravail-les-salaries-gagnent-en-autonomie

Un salarié sur deux prêt à quitter son emploi si l’équilibre vie privée et professionnelle n’est pas respecté

Alors que la crise sanitaire a occasionné de profonds changements dans les entreprises, une étude du cabinet conseil Topics questionne le rapport des salariés et des managers à leur travail. Cet Observatoire de la transformation du travail réalisé par OpinionWay corrèle ainsi le point de vue des salariés et des managers afin de refléter les mutations qui agitent les entreprises. 

le-taux-de-satisfaction-augmente-chez-les-salaries
Cette année, le taux de satisfaction des salariés a augmenté avec une note de 6,7 sur 10, soit + 0,2 points. © Cowomen / Unsplash

Un niveau global de satisfaction

Premier constat, après deux ans de Covid, l’enquête note un niveau global de satisfaction. Comparé à l’année précédente, ce taux reste équivalent chez les managers avec une note de 7 sur 10, tandis qu’il augmente chez les salariés avec une note de 6,7 sur 10 soit +0,2 points.

La rémunération, un critère qui compte

Il faut dire que 88 % des salariés et 94 % managers accordent une place majeure au travail dans leur équilibre de vie. Un quart d’entre eux considèrent même celui-ci comme très important. Les facteurs donnant du sens à leur travail étant pour les managers l’épanouissement et l’accomplissement personnel (23 %) et la rémunération (22%).

grace-au-teletravail-les-salaries-gagnent-en-autonomie
Grâce au télétravail, les salariés ont pu gagner en autonomie et en flexibilité. © Jason Strull / Unsplash

Une plus grande autonomie

Pour les enquêteurs, cette amélioration du rapport au travail peut s’expliquer par plusieurs facteurs. Il s’agit tout d’abord d’un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle cette année (81%,  + 5 points), d’un niveau d’autonomie plus élevé grâce au télétravail ainsi que d’une plus grande flexibilité du lieu de travail : (84% de satisfaction pour les salariés, + 4 points).

L’importance de l’équilibre entre vie privée et professionnelle

Or, dans le cas où ces critères ne sont pas remplis, les réactions des employés peuvent s’avérer radicales. Ainsi un salarié sur deux se dit prêt à quitter son emploi si l’équilibre vie privée et professionnelle n’est pas respecté. De même, pour 52 % des salariés des grandes entreprises en cas de dépression excessive ou de harcèlement. Quant aux 35-44 ans, leur premier motif de départ reste la rémunération. Enfin, le sentiment de ne plus rien apprendre pourrait pousser les plus jeunes à quitter leur entreprise.

Ségolène Kahn


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.