un-tiers-des-sondes-ne-souhaite-pas-retourner-travailler-au-bureau

Un Français sur trois réticent à l’idée de retourner au bureau

Depuis la crise du SARS-CoV-2, les entreprises ont dû entreprendre des changements organisationnels radicaux. Outre de nombreuses consignes sanitaires, de nombreux salariés ont été placés en télétravail. Manque de visibilité, sentiment d’isolement, crainte de la contagion, lassitude… selon un sondage réalisé par Ipsos pour RingCentral, l’un des principaux fournisseurs mondiaux de solutions de communication, les Français subissent une baisse de motivation conséquente : 32 % se disent être prêts à supporter leurs beaux-parents tout un week-end plutôt que d’aller travailler. 

un-tiers-des-sondes-ne-souhaite-pas-retourner-travailler-au-bureau
Selon RingCentral, un tiers des Français sondés préfèrent passer tout un week-end avec leur beaux-parents plutôt que de retourner au bureau. © Mario Gogh / Unsplash

Vers un changement de carrière

C’est une véritable hécatombe : selon l’étude, un tiers des Français admet avoir revu ses plans de carrière depuis le début de la pandémie. Un chiffre encore plus conséquent chez les 21-34 ans, qui sont 41 % envisager à un changement de vie professionnelle. « Ce qui s’explique notamment par le fait qu’ils aient dû aménager leur domicile pour pouvoir travailler correctement », précisent les auteurs de l’étude.

Des salariés prêts à quitter leur poste

De même, les salariés parents sont 43 % à ne pas souhaiter un nouvel emploi si leur employeur s’adapte à leurs exigences. « Pour 69 % des employés, les conditions de travail sont le critère principal pour rester dans leur emploi actuel, suivi du salaire et de l’entente avec les collègues », indique l’étude. 

Des facteurs d’anxiété

Pour expliquer ce turnover, l’étude souligne qu’il existe de trop nombreux facteurs d’anxiété au sein des entreprises, notamment à cause du télétravail. Ainsi 33 % des salariés estiment avoir des collègues qu’ils n’ont jamais rencontrés. Parmi eux, 40 % éprouvent, de fait, des réticences à l’idée de les rencontrer en personne. « Une inquiétude qui ne semble pas toucher la Génération Z. Laquelle estime pouvoir établir des relations personnelles avec ses collègues de travail sans jamais les rencontrer physiquement. »

Un équilibre à trouver entre bureau et télétravail

Malgré les réserves à l’idée de retourner au bureau, les sondés ne sont pas pour autant favorables à l’idée du télétravail à temps complet. « Les employeurs ont à cœur de trouver un équilibre favorable à tous, notamment pour les jeunes générations et les parents, qui apprécient davantage le télétravail », remarquent les auteurs de l’étude. Malgré tout, les efforts de la direction ne semblent pas vains, 74% reconnaissent que le nécessaire a été fait afin qu’ils évoluent dans un environnement de travail sécurisé.

Ségolène Kahn