Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Transports : des lunettes connectées pourraient bientôt détecter les TMS

En s’inspirant de la technologie de détection des risques professionnels de la start-up Ellcie Health, la fondation Carcept Prev voudrait identifier et prévenir les TMS des transporteurs avec la création d’une paire inédite de lunettes intelligentes.

Un schéma montre les nombreux capteurs embarqués dans les lunettes connectées d’Ellcie Healthy.

Capteurs oculaires, d’humidité ou encore de pression atmosphérique… les lunettes connectées d’Ellcie Healthy sont un concentré de technologie high-tech. © Ellcie Healthy

Assis à avaler des kilomètres au volant d’un camion toute leur vie, les conducteurs du transport routier de marchandises ou de personnes en ont littéralement plein le dos. De fait, les troubles musculosquelettiques (TMS) surtout au niveau du dos et des cervicales concerneraient 73% des employés de ce secteur, selon une étude menée par la Fondation Carcept Prev. Filiale du Groupe Protection Sociale, la fondation a fait depuis plusieurs années de la prévention santé des transporteurs, notamment handicapés, son fer-de-lance. Aujourd’hui, elle s’attaque aux TMS. Pour cela, elle vient de s’associer avec la start-up Ellcie Healthy, spécialisée dans la détection des risques professionnels. Objectif : imaginer une paire de lunettes connectée dont les capteurs seraient capable de déceler cette pathologie chez les transporteurs. 

Une jeune pousse prometteuse

Pour l’heure, le projet est à l’état de pré-étude. Il s’agit de déterminer comment la technologie de Ellcie Healthy peut s’adapter à la détection des TMS au volant. À l’origine, les lunettes connectées de la jeune pousse, qui ont notamment été récompensées par le prix Innovation Sécurité Routière ou le CES Innovation Award 2019, sont capables de prévenir les risques d’endormissement au volant, de chute des travailleurs isolés ainsi que de chute pour les seniors. 

Une quinzaine de capteurs

Pour identifier les paramètres physiques, physiologiques et environnementaux nécessaires à la détection de ces risques, les lunettes embarquent pas moins d’une quinzaine de capteurs situés dans les branches et sur leur face. Couplés à un gyroscope et à un accéléromètre, ces capteurs détectent par exemple la température extérieure, la pression atmosphérique, les mouvements des paupières et également les micro-chutes de tête des porteurs.

Des pré-études 

Les partenaires ont déjà commencé à mener des études nationales sur la détection et la prévention des risques grâce à la biomécanique et à l’intelligence artificielle. Il s’agit de déterminer comment mesurer et classifier les TMS en intégrant de nouvelles variables à partir de la technologie des lunettes connectées. Sachant qu’à ce jour, la fondation précise qu’il n’existe pas de méthode similaire concluante. 

De nouveaux critères à l’étude

Pour cela, les partenaires prévoient d’intégrer de nouveaux critères tels que la posture durant la conduite ou encore certaines activités annexes comme la manipulation de charges lourdes. Si les résultats attendus pour fin 2019 sont satisfaisants, le projet aboutira à des études plus approfondies, suivies d’expérimentation sur le terrain, en vue d’obtenir une preuve de concept (POC). 

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion

Suivez-nous