Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Systèmes anti-drones : Cerbair veut devenir un leader du marché européen

En début d'année, l'entreprise a levé 5.5 millions d'euros. De quoi étoffer son équipe, renforcer son leadership en France et prendre d'ici deux à trois ans une place de leader européen dans l'intégration de systèmes antidrones pour le marché civil.

une-antenne-pour-détecter-les-drones-sur-un-rayon-de-2-kilomètres

Cerbair détecte les drones sur un rayon de 2 kilomètres. © DR

Les attaques et survols de drones malveillants au-dessus des sites civils ou militaires se multiplient dans le monde. Une évolution que suit avec attention Cerbair, spécialiste français de la détection de drones. Créée en 2015, cette entreprise francilienne de 20 personnes a développé une technologie propriétaire disponible sur des systèmes fixes, portables ou embarqués. Celle-ci se base sur l’analyse de radiofréquences sur un rayon de 2 kilomètres. La solution consiste à analyser les données échangées entre l’aéronef et son pilote, via sa radiocommande.

Localisation du pilote en temps réel

En interceptant ses émissions, le système détecte le protocole de communication utilisé. Grâce à cette analyse, Cerbair sait caractériser le drone puis localiser en temps réel le pilote via la triangulation des antennes relais. « L’an dernier, les pilotes de plusieurs drones qui survolaient illégalement le festival d’été du Québec ont pu être localisés et interceptés par les forces de l’ordre », rapporte Lucas Le Bell, directeur général de l’entreprise. Laquelle vise surtout les microdrones civils, à l’origine de la majorité des attaques dans le monde.

Ventes multipliées par 8 entre 2018-2019

portrait-lucas-le-bell-cerbair

Lucas Le Bell est cofondateur de l’entreprise Cerbair et directeur général. © D.R.

Entre 2018 et 2019, l’entreprise a vu sa croissance décoller avec des ventes multipliées par huit. L’export en représente 80 % grâce à son réseau de 200 revendeurs à travers le monde. La majorité des ventes, soit 75%, concerne le monde institutionnel. Parmi ses clients, citons le ministère des Armées françaises, l’armée de l’Air Colombienne ou encore la protection du G7. Ces références contribuent à lui ouvrir les portes du secteur civil qui représente 25 % de ses ventes. Il s’agit principalement de la protection de sites industriels. Comme les plateformes de pétrole et de gaz, des usines automobiles ou encore des propriétaires de villas et de yacht. « Nos systèmes réduisent le risque d’intrusion mais la partie neutralisation est réservée aux forces de l’ordre », précise Lucas Le Bell.

Levée de fonds de 5,5 millions d’euros en 2020

Ce dernier a bien commencé l’année. En effet, il a effectué une levée de fonds de 5,5 millions d’euros auprès du fonds TFP (TechnoFounders Participation) et de grands business Angels, dont MBDA. Ce qui va lui permettre d’étoffer son équipe d’une dizaine de personnes dans les douze prochains mois. Et de consolider son leadership en France. D’ici deux à trois ans, la société espère faire partie des leaders européens de la lutte anti-drones. « Nous voulons monter en compétence sur les technologies de radiofréquences et devenir un systémier intégrateur agile », explique le directeur général.

Naissance attendue d’un nouveau leader européen

Cerbair compte ainsi proposer une solution intégrée couplant d’autres technologies tierces. Comme le radar, les capteurs acoustiques ou les logiciels de fusion de données, etc. Une voie déjà adoptée par les grands systémiers comme l’américain Lockeed Martin et l’européen CS qui sont positionnés sur le marché institutionnel. De son côté, Cerbair vise le civil avec des solutions plus abordables. Soit une entrée de gamme de plusieurs dizaines de milliers d’euros. Toutefois, le panier moyen sera plutôt de l’ordre de quelques centaines de milliers d’euros, hardware et software compris.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion