Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Un partenariat pour renforcer la lutte anti-drones

DroneSec et Cerbair, deux spécialistes de la lutte contre les drones malveillants s’allient pour mieux sensibiliser leur clientèle à ces nouvelles menaces.

Avec la démocratisation des drones, les attaques terroristes, espionnage industriel ou militaire ou encore collision aérienne se multiplient. Des menaces qui pèsent notamment sur la sécurité des infrastructures sensibles. Fort de ce constat, DroneSec qui est spécialisé dans la cybersécurité et en renseignement sur les menaces émanant de drones vient de conclure un partenariat avec le fabricant de solutions anti-drone Cerbair. Il s’agit de réaliser une lettre d’information hebdomadaire qui sera diffusée à l’ensemble de la clientèle de Cerbair pour mieux renseigner ses lecteurs sur la menace de ces Unmanned Aerial Vehicles (UAV).  

cerbair-fournit-des-solutions-anti-drone

Cerbair fournit des solutions qui visent à neutraliser les drones malveillants.
© Cerbair

Des données enrichies par la plateforme Notify

Ainsi le 1er août dernier, les deux entreprises ont signé un partenariat dans le cadre duquel Cerbair diffusera à ses clients une newsletter hebdomadaire sur la menace drone. Rédigée par DroneSec en français, en anglais et en arabe, cette lettre d’information « bénéficiera également de données ad’hoc puisées dans Notify, la base de données recensant plus de 3000 incidents classés selon leur sévérité et récemment récompensée par le prix Airwards» précise le communiqué. 

Un partenariat win-win

Et le partenariat devrait s’avérer gagnant-gagnant pour les deux entreprises qui pourront ainsi étendre leur portefeuille de clientèle. DroneSec qui rassemble 400 clients situés notamment en Australie et à Singapour espère ainsi conquérir de nouvelles parts de marché pour la partie formation sur les risques dans les infrastructures sensibles au Moyen-Orient, en Afrique francophone et en Europe, tout en bénéficiant de l’apport clientèle de son partenaire.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion