Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Smart Me Up démocratise la reconnaissance faciale

Cette startup française a développé une technologie qui fait de la reconnaissance faciale et comportementale à partir d'images vidéos. Rapide et précise, celle-ci s'intègre dans n'importe quelles applications et machines (caméras, smarthones, etc).

La reconnaissance faciale au service du contrôle d’accès est en passe de se démocratiser grâce à Smart Me Up, une jeune entreprise spécialisée dans l’intelligence artificielle et le Machine Learning (l’apprentissage automatique par les machines). « Nous avons développé une technologie qui traite les images vidéo à la volée, à raison de 30 images par seconde, explique Matthieu Marquenet, directeur du développement de l’entreprise basée à Paris et Grenoble. Une fois qu’un individu a été enregistré, nous sommes capables de le reconnaître rapidement. »
Egalement basé sur le Machine Learning le système de reconnaissance des visages de Smart Me Up est auto-apprenant.Traduction : sa capacité de reconnaissance du visage va s’améliorer au fil du temps grâce aux multiples photos qui seront recueillies à chaque opération de contrôle d’accès. Ce qui permet d’obtenir des taux de reconnaissance pouvant aller au delà de 99%. Cependant, tout dépend des conditions d’éclairage, de la qualité et de la distance de détection de la caméra. Dès lors, le contrôle d’accès autorisera le passage en fonction des droits qui lui auront été attribués. « Nous avons déjà eu des demandes d’entreprises qui veulent s’en servir pour faire du pointage », fait savoir le porte-parole de Smart Me Up.  

Accord avec Netatmo. Non content d’être précis, rapide et peu gourmand en puissance de calcul, ce système de reconnaissance faciale se présente sous la forme d’une librairie logicielle qui s’intègre à n’importe quelle application et dans tous types de machines. Comme par exemple un smartphone ou une caméra. L’entreprise a d’ailleurs noué un accord avec le français Netatmo pour intégrer à sa caméra Welcome une partie de ces technologie d’analyse d’image. Commercialisée en 2015, cet appareil saura prévenir son propriétaire de l’intrusion d’un individu ou de l’arrivée d’un proche. La technologie développée sait non seulement détecter des visages mais elle sait aussi les analyser, donner le genre et l’âge d’une personne, analyser son comportement en temps réel et détecter ses émotions. Ce qui ouvre un très large champ d’applications. « Notre métier consiste à rendre intelligent les objets connectés », résume le directeur de développement de Smart Me Up.  

Cette startup a été créée en 2012 par Loic Lecerf, son fondateur et président. Titulaire d’un doctorat en intelligence artificielle (Université Paris 6) et chercheur chez Xerox où il a déposé six brevets en quatre ans, ce chercheur a financé pendant deux ans les recherches de Smart Me Up grâce à la vente de son site Internet « Savoirtoutfaire.com ». Après avoir remporté ses premiers contrats en 2014 avec Netatmo et Photomaton qui s’en sert dans ses cabines photos, l’entreprise espère réaliser en 2015 un chiffre d’affaires de 500.000 euros. « Nous nous calons sur le modèle économique de nos clients, nous pouvons soit céder des licences sur les produits vendus ou, s’il s’agit d’un service, prendre un pourcentage sur les ventes », ajoute le représentant de Smart Me Up qui recherche des investisseurs pour continuer à financer les développements technologiques et commerciaux de l’entreprise.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion