Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Nouvelles VTR pour le chlorure de vinyle et le cadmium

L'Anses a publié de nouvelles valeurs relatives à deux contaminants fréquemment retrouvés dans l'environnement...

L’Anses a engagé depuis plusieurs années un programme national d’évaluation sur les valeurs toxicologiques de référence (VTR).

L’Anses a publié de nouvelles valeurs relatives à deux contaminants fréquemment retrouvés dans l’environnement :

– Le chlorure de vinyle monomère dont la source principale est la production du plastique PVC (Polyvinyle Chloride). Une autre source d’exposition importante est la dégradation microbiologique par déhalogénation anaérobie dans les sols et les eaux souterraines du perchloréthylène (PCE), du trichloréthylène (TCE) et du cis- et trans-dichloroéthylène (DCE) (utilisés pour des activités de dégraissage, de traitements de surface ou en pressing). La dégradation microbiologique de ces composés produit du chlorure de vinyle en sous-sol, puis sous forme d’émanations via les gaz du sol, vers l’air ambiant et les ressources en eau.

– Le cadmium et ses composés : le cadmium est un métal lourd utilisé dans l’industrie, qui se retrouve principalement sous forme d’oxyde, de chlorure, de sulfate, de nitrate ou de sulfure. L’oxyde de cadmium (CdO) peut être présent dans l’atmosphère sous forme de poussières ou de fumées. Le cadmium est aussi présent dans la fumée de cigarette sous forme de très fines particules d’oxyde de cadmium, se déposant principalement dans les alvéoles pulmonaires.

Ces deux composés sont classés « cancérogènes pour l’homme » (groupe 1) par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ). La production de ces deux VTR vise en particulier à répondre à des objectifs du Plan national santé environnement (PNSE 2) et du plan cancer.

Sur la base d’une expertise collective de l’ensemble des données scientifiques disponibles sur la toxicité de ces composés et, en particulier, leurs effets cancérogènes chez l’homme et l’animal, l’Agence propose donc :

Pour le chlorure de vinyle monomère

– une VTR chronique de 0,625 (mg/kg/j)-1 pour les effets cancérogènes par voie orale basée sur des données animales

– une VTR chronique de 0,0038 (mg/m3)-1 pour les effets cancérogènes par voie respiratoire basée sur des données animales

Pour le cadmium et ses composés

– une VTR chronique de 0,31 µg.m-3 pour les effets cancérogènes par voie respiratoire basée sur des données animales

– une VTR chronique de 0,45 µg.m-3 pour les effets autres que cancérogènes par voie respiratoire basée sur des données humaines.

Source : Anses.

Commentez

Participez à la discussion