Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

L’ETH Zurich invente un drone capable de faire des loopings

Le micro-drone inventé par cette école Polytechnique embarque douze rotors co-axiaux qui lui servent à voler dans toutes les directions possibles. Grâce à cette agilité, il peut s’introduire ou se faufiler dans des zones particulièrement difficiles d’accès.

Décollage vertical, déplacement horizontal. La plupart des drones actuels disposent de capacités directionnelles assez restreintes. Or, certaines missions de surveillance en zone difficile d’accès requièrent une grande agilité de vol. C’est pourquoi les chercheurs de l’Ecole polytechnique ETH de Zurich ont inventé un drone multi-directionnel. Pour voler dans toutes les directions, voire même réaliser des loopings, ce microdrone embarque pas moins de douze rotors coaxiaux. Une innovation qui pourrait bien contribuer à améliorer la surveillance des sites sensibles, ainsi que les interactions aériennes. 

Une rotation à 360°

Sur la vidéo présentée par l’ETH Zurich, les chercheurs ont suspendu l’appareil à un câble dans lequel ses pales ne s’emmêlent jamais. Il réalise des rotations sur chaque côté, des loopings, ou encore des rondes. Pour ce faire, chacune des six paires de rotors prolonge un bras capable de tourner à 360°. De quoi obtenir un vol multi-directionnel, avec une cellule libre de changer d’orientation à tout moment. 

Se nicher dans un mur

Ses capacités motrices accordent au drone de véritables prouesses de vol : si l’engin se trouve enchevêtré dans des broussailles, il pourrait voler sur le côté pour se dégager. Dans les applications de surveillance furtive, l’appareil pourrait s’accrocher à une surface verticale, ou se blottir dans une niche.  

Des financements suisses

En toile de fond, ce travail a été soutenu par des fonds provenant des bourses de recherche de l’ETH. Figurent également, parmi les contributeurs, le Centre national de compétence pour la recherche sur la fabrication numérique et Armasuisse Science Technology.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion