Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Comment faire une cartographie des risques ?

Il est difficile de prévoir et comprendre tous les risques auxquels l’entreprise peut être confrontée. Le simple dialogue fait facilement passer  d’un risque à l’autre. Faire une liste rend difficile l’évaluation réelle des risques significatifs, acceptables, et de leur corrélation.

Une cartographie des risques est une méthode – voire un outil – de la visualisation de données. Celle-ci a pour objectif de faciliter la compréhension des risques relatifs au fonctionnement de l’entreprise. Une cartographie des risques est ainsi une représentation graphique. Sur cette représentation, les risques individuels sont identifiés selon leur emplacement. D’autres caractéristiques visuelles – telles que la couleur ou la taille – peuvent représenter d’autres aspects d’un risque donné. Ces caractéristiques peuvent notamment indiquer le type de risque ou encore le service le plus adapté pour gérer le problème.

Les axes d’une cartographie des risques

Comme tout graphique, une cartographie de risque comprend deux axes. Ces derniers représentent la probabilité et l’impact des risques. Le coin inférieur gauche du graphique est l’endroit où la probabilité et l’impact d’un risque sont très faibles. Au fur et à mesure que la probabilité augmente, le risque se déplace vers la droite et, à mesure que l’impact augmente, le risque augmente.

Une fois que l’on comprend le concept de la cartographie des risques et que l’on est capable de placer des risques dans le graphique, la visualisation des probabilités et des conséquences en devient plus simple. Étant donné que le moyen permet d’identifier les problématiques de l’entreprise, il est beaucoup plus facile de faire la gestion de ces risques.

cartographie-risque

On peut considérer une cartographie des risques avec seulement 5 points problématiques retenus. Dans cet exemple, les membres de la direction peuvent discuter de ce qu’ils pensent être les risques les plus importants. Cela va alors permettre d’orienter efficacement la discussion. On peut facilement imaginer combien le dialogue serait difficile avec un groupe de gestionnaires sans une cartographique des risques. Il n’y aurait plus aucune maîtrise dans la gestion des problématiques. L’évaluation des risques serait approximative. Le dialogue pourrait s’étendre sur de longues heures sans pour autant aboutir sur des mesures concrètes et adaptées. Dans ce cas de figure, le management pourrait ainsi ne pas saisir certains enjeux.

Méthodologie d’une cartographie des risques

On précise qu’une cartographie des risques n’est pas une finalité. En raison de son importance, son élaboration s’effectue avec une certaine rigueur. Ce processus requiert une maîtrise de tous les aspects de l’entreprise. Dans la mesure où ce n’est pas le cas, il est recommandé de faire un audit. D’autre part, la méthodologie d’une cartographie des risques est relativement simple. L’élaboration comprend en règle générale 4 grandes lignes.

Impliquer les personnes de toutes les parties de l’entreprise

La cartographie des risques n’est pas un processus qui devrait être mené par une seule personne. Chaque élément de l’entreprise – du chef de la direction au stagiaire – aura des idées différentes sur les risques les plus importants selon le secteur. Il ne sera pas possible d’impliquer tout le monde, mais on doit solliciter plusieurs personnes de différents départements et niveaux d’autorité afin de s’assurer que l’on obtienne des points de vue pertinents.

cartographie-risque2

Cette démarche permettra également de découvrir des risques que l’on n’aurait sans doute pas pris en compte. On s’assure d’obtenir de nouvelles perspectives sur la fréquence ou la gravité des risques.

Comprendre chaque risque

Simplement nommer les risques ne permet pas de créer une cartographie efficace. On doit évaluer chaque scénario avec une solide compréhension de l’entreprise et de la façon dont les risques peuvent influer sur la capacité à poursuivre les activités.

Il faut réfléchir à ce qui est susceptible de causer le risque et aux conséquences que cela aura si celui-ci se réalise.

Par ailleurs, il est important d’être cohérent dans la manière dont on hiérarchise chaque risque – en termes de fréquence et de gravité. Cela, afin que le graphique donne une description claire de la façon dont les risques se comparent les uns aux autres.

Demander conseil

Dans la mesure où une consultation interne ne fournit pas une compréhension suffisante, il est conseillé de chercher ailleurs.

On peut essayer de déterminer la probabilité et l’impact d’un risque sur la base de l’expérience et des échecs passés. Alors qu’en est-il d’une entreprise en plein lancement ? Il est possible de demander à un consultant. De nombreux prestataires d’assurance sont en mesure d’apporter une assistance avec des outils de gestion des risques et, dans le cas contraire, ils peuvent probablement orienter vers une personne compétente.

Autre alternative, consulter des organisations et des statistiques sectorielles similaires pour permettre de définir un classement de risque.

Révision et modification

On a réalisé sa cartographie des risques et on l’utilise pour assurer la santé et la sécurité de l’entreprise. Cependant, il est important de garder à l’esprit que le paysage des risques est en constante évolution.

Réexaminer le classement avec l’équipe de gestion des risques au moins une fois par trimestre pour déterminer si l’état des risques existants a changé – ou si de nouveaux risques doivent être pris en compte. Ce travail garantira que la cartographie des risques soit un outil à jour.

Commentez

Participez à la discussion