Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

L'avion, transport le plus sûr du monde en 2013

Les experts de l'Aviation Safety Network viennent de publier les statistiques liées à des accidents aériens en 2013. En dehors du continent africain, qui persiste à jouer les mauvais élèves, tous les indicateurs sont au vert.

Ciel bleu, mer d’huile. En 2013, l’avion s’est révélé être le moyen de transport le plus sécurisé au monde, selon les dernières statistiques du réseau ASN (Aviation Safety Network – Réseau pour la sécurité aérienne), une organisation indépendante située aux Pays-Bas.
Alors qu’en 10 ans le transport aérien a causé la mort de 720 passagers, à un rythme moyen de 17,4 accidents par an, l’an dernier le nombre de morts (235) et le nombre d’accidents (29) ont atteint des niveaux historiquement bas.
Une précision : les statistiques de l’ASN se basent sur une sélection internationale d’accidents aériens ayant impliqué, d’une part la mort de civils et, d’autre part, des appareils dotés d’une capacité de transport au moins égale à 14 personnes.
« Depuis 1997, le nombre d’accidents aériens a décliné de manière durable. Probablement grâce à un effort continu en faveur de la sécurité de la part des organisations internationales liées à l’aviation, comme l’Organisation de l’aviation civile internationale, l’Association internationale du transport aérien, la Fondation pour la sécurité aérienne et, plus généralement, l’industrie aéronautique », se félicite Harro Ranter, président du réseau ASN.
Seule ombre au tableau, l’Afrique qui compte pour 1/5 de la totalité des accidents étudiés alors que les déplacements aériens dans cette région du monde ne représente que 3% du trafic aérien mondial. De quoi renforcer les conclusions de l’Organisation de l’aviation civile internationale qui a donné au continent africain la note de 4,6/10 en moyenne lors de ses derniers audits de sécurité. Rappelons que l’Europe interdit actuellement aux compagnies aériennes de 14 pays d’Afrique de survoler son espace aérien.

Guillaume Pierre

Commentez

Participez à la discussion