Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

La réalité virtuelle pour combattre ces TMS bien réels

Mal de dos, épaules douloureuses, tendinites au poignet… sont autant de maladies qui peuvent être évitées si le poste de travail est ergonomique. Forte ce constat, l’entreprise HRV dévoile son système virtuel pour apprendre les bonnes postures.

Bien qu’il n’y ait pas d’éléments statistiques portant spécifiquement sur ce sujet, la commission des accidents du travail et des maladies professionnelles (AT/MP) de l’assurance maladie avance le chiffre de 43.000 personnes atteintes de Troubles musculosquelettiques (TMS) pour l’année 2011. Par ailleurs l’expérience montre que le phénomène s’amplifie chaque année, avec une progression annuelle d’environ 18% depuis 10 ans.
Parmi les secteurs les plus touchés, l’industrie tient le haut du pavé, particulièrement dans le secteur agroalimentaire. Lequel représente à lui seul 18% des TMS indemnisés. L’industrie métallurgique, quant-à-elle représente 17% de toutes les TMS indemnisées.
Parmi les solutions envisagées pour tenter de mettre en recul cette maladie, un des axes privilégiés de prévention consiste à adapter le poste de travail de ses employés pour le rendre ergonomique. Ce qui implique de mettre en oeuvre un certain nombre de tests, coûteux à plusieurs égards… Sauf si l’on opte, dès le départ, pour des essais virtuels via un système de modélisation 3D. Lors du dernier salon Industrie, qui s’est déroulé à Lyon du 7 au 10 avril, HRV Simulation, un spécialiste de la réalité virtuelle pour la santé et l’industrie a fait la démonstration d’un tel système. Un concentré de technologie. « Nous utilisons une technologie développée par des chercheurs du CEA, qui associe modélisation mécanique et capture de mouvements. Ce qui permet de calculer les efforts appliqués sur chaque articulation du corps de l’opérateur pendant son travail », explique Arnaud Cosson, co-dirigeant de HRV (Haptique et Réalité Virtuelle).

Le système conçu par HRV existe en deux versions. La première, aisée à installer, fonctionne avec de l’analyse d’image. Un réseau de caméras est déployé autour du poste de travail observé tandis qu’en tâche de fond travaillent des algorithmes qui modélisent le corps du travailleur et effectuent la mesure précise de ses mouvements. Par la suite, l’utilisateur pourra re-visualiser la scène et apprendre les bonnes postures.
La seconde version, baptisée ErgDesign, va sensiblement plus loin : plutôt que de se baser sur un flux vidéo, elle recrée de toutes pièces la situation de travail. À l’échelle réelle (1:1), au sein d’un  »cave », une sorte de cube géant dont chaque face interne est un écran qui affiche une partie d’un environnement virtuel. À l’intérieur de ce cube, l’utilisateur est immergé. Pour que l’expérience soit complète, celui-ci doit au préalable être équipé d’un casque dédié qui le localise. Ainsi, le système peut modifier l’affichage en fonction des mouvements afin de créer une illusion de réalité.

Guillaume Pierre

Commentez

Participez à la discussion