Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Le textile de Senfa bloque les ondes WiFi et GSM en intégrant de minuscules antennes imprimées

Cette entreprise basée à Sélestat (Bas-Rhin) va lancer la production de textiles souples capables de filtrer de manière sélective les ondes électromagnétiques. Ce tissu s'adresse aux espaces de bureaux mais aussi aux établissements recevant du public.

Selon les études menées dans différents pays, le nombre de personnes se déclarant électrosensibles varie de 3% à 5%, voire plus. Le problème, c’est que ce chiffre promet de se développer. Un pari que, d’ailleurs, font les concepteurs et fabricants de produits anti-ondes électromagnétiques. A commencer par Senfa, une entreprise spécialisée dans les textiles techniques qui vient de remporter un prix lors des trophées d’Alsace Innovation dans la catégorie « Filière d’excellence textile » pour son produit Estompe. « Il s’agit d’un tissu qui a la particularité de filtrer de manière sélective certaines ondes comme le WiFi ou le GSM », explique Eric Boehm, le directeur R&D de l’entreprise.

Basée à Sélestat, dans le Bas-Rhin, Senfa dépend du groupe Chargeurs qui réunit 1.600 collaborateurs et réalise 478 millions d’euros de chiffre d’affaires consolidé 2014 dont 93% sont réalisés hors de France. Cet industriel n’est pas le premier acteur du secteur à proposer un textile anti-ondes électromagnétiques. En revanche, il dispose d’une sérieuse longueur d’avance. En effet, les produits de ses concurrents présentent un double défaut. D’un côté, leurs tissus bloquent toutes les ondes sans distinction. Et, de l’autre, ils sont réalisés avec des fils métalliques. Ce qui leur confère une certaine raideur, contrairement au textile Estompe de Senfa qui reste souple au toucher.

Il faut dire que l’entreprise sélestadienne a consacré plus de deux ans de recherches avec l’Institut français du textile et de l’habillement (IFTH) ainsi que le Centre technique du papier (CTP). Lequel est à l’origine du brevet concédé à Senfa en licence exclusive d’exploitation pour des applications textiles. A l’origine, le brevet porte sur un papier peint anti-ondes électromagnétiques. Le principe de filtrage est assuré par de minuscules antennes imprimées sur le support textile ou papier à l’aide d’une encre conductrice à base d’argent. « Ces motifs filtrent 99% des ondes ciblées », précise le directeur R&D de Senfa.

La prochaine étape va consister, d’ici 2016, à réaliser les premières préséries industrielles du textile filtrant avec une machine de sérigraphie dans une largeur de tissus de 2,20 m. « Au deuxième semestre 2016, nous disposerons d’une machine dédiée qui pourra imprimer les antennes sur une largeur de 3,20 m », reprend Eric Boehm. Le textile sera disponible en deux versions, l’une pour faire barrage aux ondes WiFi, l’autre aux ondes GSM. La commercialisation se fera au travers d’un réseau de grossistes mais aussi de poseurs, sachant que, pour être efficace, la mise en œuvre de l’Estompe requiert d’être adaptée aux spécificités des pièces à protéger. Quant au coût du tissu, il devrait être d’environ 50 euros/m2. Il intégrera d’autres fonctionnalités comme la résistance au feu, l’isolation phonique, etc. De quoi intéresser les espaces de bureaux mais aussi les Etablissements recevant du public (ERP). A commencer par les crèches et écoles maternelles où le WiFi va être interdit, conformément à la loi Abeille qui encadre l’exposition aux ondes électromagnétiques.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion