Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

La protection périmétrique mise sur la sécurité collaborative

Dans le sillage des barrières à infrarouge actif, câbles hyperfréquence et autres clôtures électrifiées, la protection périmétrique mise de plus en plus sur les caméras thermiques et les radars. Lesquels sont capables d’asservir soit en direct soit via des hyperviseurs des équipements de sécurité. Dont des drones autonomes.

En raison des attentats de 2015, en particulier celui qui a été perpétré à l’usine Air Products de Saint-Quentin-Falavier (Isère), la classification de sites Seveso en Entreprises et Opérateurs d’intérêt vital (EIV, OIV) réclame aujourd’hui d’accroître le niveau de protection contre les intrusions. « Certains sites n’avaient même pas de barrière », déplore Philippe Bénard, responsable de la prescription auprès des bureaux d’études chez Axis Communications qui a rédigé un Guide de protection des sites sensibles.

e-detecteur-de-chocs-g-fence-3000-de-sorhea-securise-un-perimetre-de-3200-m-x-4-en-une-seconde-il-envoie-l-alarme-et-localise-l-intrusion-a-3-m-pres-dote-d-un-panneau-solaire-et-d-une-batterie-il-est-autonome.

Le détecteur de chocs G-Fence 3000 de Sorhea sécurise un périmètre de 3 200 m x 4. En une seconde, il envoie l’alarme et localise l’intrusion à 3 m près. Doté d’un panneau solaire et d’une batterie, il est autonome. © Sorhea

Multiplication des technologies de détection

Dès lors, de nombreuses entreprises, Seveso ou non, « ont alors choisi les technologies les moins onéreuses pour se mettre en conformité », reprend Philippe Bénard. Principalement des câbles détection de chocs installés sur les clôtures existantes. Mais ces technologies ne sont pas les seules : barrières à infrarouge actif, clôtures et bavolets détecteurs, clôtures électrifiées, câbles coaxiaux hyperfréquence enfouis, barrières hyperfréquence … « Selon les configurations et les besoins, ces systèmes de détection périmétrique ont tous le même but : détecter l’intrusion le plus tôt possible », précise Christian Valette, directeur général de l’activité détection d’intrusion chez Sorhea, Protech (États-Unis), VideoWave (Canada) et Eurocloture (Belgique) – des sociétés membres du groupe Vitaprotech qui emploie 380 salariés et devrait réaliser 65 millions d’euros de chiffre d’affaires pour 2020.

IA et fusion de données

Certains capteurs, comme les barrières à infrarouge actif, fonctionnent avec de puissants algorithmes d’intelligence artificielle afin d’améliorer leur précision et d’éviter les fausses alarmes. « Mais nous poursuivons nos développements en matière d’algorithmes de traitement du signal des capteurs », reprend Christian Valette. En parallèle, les signaux des capteurs réclament également un travail de fusion de données avant que celles-ci ne soient raffinées par les algorithmes de traitement. Dans cette perspective, Sorhea marque un point avec son bus de terrain Maxibus Universel sous protocole Modbus élaboré par Modicon et racheté par Schneider Electric.

la-gamme-complete-des-cameras-thermiques-Spynel-de-HGH-systemes-infrarouges-les-modeles-les-plus-puissants-detectent-un-homme-a-8-km-et-le-reconnaissent-a-3-km.

La gamme complète des caméras thermiques Spynel de HGH Systèmes Infrarouges. Les modèles les plus puissants détectent un homme à 8 km et le reconnaissent à 3 km. © HGH Systèmes Infrarouges

Démocratisation des capteurs thermiques

Reste que les détecteurs périmétriques ne suffisent pas. Ils réclament d’être complétés par des caméras couleurs de vidéosurveillance ou par des caméras thermiques ou encore par des radars afin d’identifier la cible ou de procéder à la levée de doute. Mais à chacun son rôle. « Les caméras couleurs ne font pas de détection d’intrusion mais de la levée de doute en couvrant jusqu’à une distance de 400 m en amont et en aval avec éclairage. Elles permettent aussi d’assurer le suivi potentiel (tracking) de l’intrus sur le site. À condition d’installer un poteau et de tirer des câbles, souligne Philippe Bénard. Sur les nouveaux sites à équiper, on a intérêt à installer tout de suite une caméra thermique qui, à bord du même équipement, cumule les fonctions de détection d’intrusion et de levée de doute. Et ce, jusqu’à 600 m. » De quoi rentabiliser le poteau porteur et le tirage des câbles. D’autant que les prix des caméras thermiques ont considérablement baissé ces dernières années.

Pour sa part, HGH Systèmes Infrarouges s’illustre avec des caméras thermiques Spynel à infrarouge passif placées au centre d’un site, par exemple, sur le toit d’un bâtiment. « L’avantage, c’est qu’une seule caméra suffit pour l’ensemble d’un site, fait valoir Cyril Marchebout, responsable commercial chez HGH Systèmes Infrarouges. Son système tournant permet de rafraîchir les images toutes les secondes. La portée de notre Spynel X8000 va jusqu’à 3 km pour reconnaître un homme. » Quant à celle de la Spynel M, elle se cantonne à 150 m car il s’agit d’un modèle de moins de 2 kg qui sert aux forces spéciales pour déploiement rapide. Ou pour la surveillance de sites temporaires comme les chantiers ou les lieux événementiels.

epsi-a-entame-sa-demarche-de-certification-de-securite-de-premier-niveau-(cspn)-pour-tous-ses-radars.

EPSI a entamé sa démarche de Certification de sécurité de premier niveau (CSPN) pour tous ses radars. © EPSI

Montée en puissance des radars

De son côté, Axis Communications investit également dans un radar à effet Doppler capable de détecter une personne à 60 m et un véhicule jusqu’à 85 m. Sur ce créneau, la concurrence s’étoffe. En témoigne EPSI, une PME de 25 personnes au chiffre d’affaires de 2 millions d’euros, recréée au sein du groupe ITNI en 2019 à la suite d’un essaimage de Rockwell Collins et d’un rachat en LMBO (Leverage Management Buy-out) par les cadres. « Nous fabriquons des radars de protection périmétrique à ondes continues. Cette solution se différencie des radars tournants dans la mesure où elle illumine en permanence la zone à surveiller, détaille Frédéric Chaumeil, directeur d’EPSI, basée à Beauzelle, près de Toulouse (31). Sur cette zone, nos algorithmes qualifient la signature radar de toute cible qui bouge : une personne qui rampe, marche, franchit une clôture, un véhicule, un arbre, un animal… »

Fort de ses ouvertures horizontales de 90° à 120° et verticales de 20° et 35°, le lobe de surveillance de ses radars vont de 2 ha à 55 ha, selon la profondeur (120 m à 850 m). De plus, le radar s’installe aussi bien sur un pylône, un poteau de clôture ou un arbre que sur un bâtiment. Il est tolérant au support même s’il bouge un peu. D’où sa discrétion. Certains constructeurs, comme FLIR Systems, ou Sorhea combinent dans le même équipement un capteur à infrarouge passif (PIR) et un capteur hyperfréquence à effet Doppler. Le premier repère les variations de température dans son champ de détection et le second émet une impulsion afin d’analyser le signal réfléchi par l’environnement.

asservis-a-des-caméras-et-a-des-radars-les-drones-d-aeraccess-peuvent-voler-jusqu-a-90-km/h.

Asservis à des caméras et à des radars, les drones d’Aeraccess peuvent voler jusqu’à 90 km/h. © Aeraccess

Des asservissements d’interopérabilité pour une sécurité collaborative

« Sur certains sites, je défie quiconque de repérer le radar, ajoute Frédéric Chaumeil qui précise : « Les radars ne remplaceront pas les clôtures instrumentées. Ils permettent de voir l’intrus se rapprocher et franchir la ligne virtuelle. Ensuite, nous faisons du tracking sur tout le terrain sur lequel la cible va évoluer. » Autrement dit, le radar envoie des métadonnées sur le réseau IP (Internet Protocol) qui permettent de piloter des caméras PTZ, éclairages, sirènes ou hauts-parleurs soit directement via des contacts secs soit via les principaux VMS ou hyperviseurs du marché (CASD, CS Group, Egidium, Genetec, Milestone, Prism…). Dernière tendance : étendre la sécurité collaborative jusqu’aux drones autonomes. À cet égard, Axis Communications et EPSI travaillent de concert avec Azur Drone. De son coté, le fabricant de drones autonomes Hoverseen s’interface aussi avec les grands hyperviseurs du marché.

Idem pour les drones d’Aeraccess que peuvent asservir les radars de Thales et d’EPSI, les caméras Spynel de HGH ainsi que, entre autres, celles d’Axis Communications et HIKvision. « Nos drones peuvent voler à une vitesse allant jusqu’à 90 km/h, explique Emmanuel Nabet, directeur général adjoint d’Aeraccess, créée en 2014, qui réalise un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros et emploie 20 salariés. Un radar détecte une alarme, le drone récupère les coordonnées (GPS, vitesse, direction…) et va sur place. Le drone est asservi au radar mais, grâce à son intelligence embarquée, il reste à une certaine distance pour se protéger. Bien sûr, il dialogue avec le radar si la cible bouge. »

Erick Haehnsen

Commentez

Participez à la discussion