Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risque incendie

La Brigade des sapeurs-pompiers de Paris fait son show à Eurosatory

A l’occasion du Mondial de la Défense et la sécurité terrestre et aéroterrestre, ont été présentées plusieurs innovations en situation. Dont une lance d’incendie économe en eau développée en partenariat avec le français Zelup.

Pour faire face à ses nombreuses missions d’assistance aux personnes et de lutte contre le feu, la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) expérimente depuis plusieurs années de nombreuses innovations. En témoigne, la démonstration qu’elle a donnée dimanche dernier a la veille de l’ouverture du salon Eurosatory. Un événement dédié à la Défense et la sécurité terrestre et aéroterrestre qui se tient jusqu’au 17 juin à Paris Nord-Villepinte.

cette-lance-d-incendie-projette-a-la-fois-de-l-air-et-de-l-eau

Cette lance diphasique projette à la fois de l’eau et de l’air. @ Agence TCA

Lance d’incendie innovante

L’occasion pour la BSPP de dévoiler plusieurs solutions expérimentales ou en voie d’être testées sur le terrain. Dont cette lance d’incendie innovante dite diphasique. Lors d’un incendie, cette dernière émet à la fois de l’eau et de l’air qui est projeté à une pression de 5 à 7 bars sur une distance de 15 à 20 mètres, de sorte à fragmenter l’eau en fines gouttelettes (quelques dizaines de microns) et à les acheminer jusqu’au cœur du foyer. Et ce, grâce à un compresseur intégré dans le véhicule sur lequel la lance diphasique est connectée. Avantage de ce dispositif développé par le français Zelup en partenariat avec la BSPP, il réclame moins d’eau qu’un dispositif classique. Soit 120 litres par minute contre 500 litres par minute habituellement, indique un des sapeurs-pompiers de Paris. Ce dernier qui teste la lance depuis deux ans pointe aussi le fait que comme la lance diphasique nécessite moins d’eau, elle est du coup plus légère et moins pénible à manipuler.

thomas-issler-president-et-fondateur-de-zelup

Thomas Issler, président et fondateur de Zelup. © Agence TCA

Des tests à Marseille

Autre gros avantage de cette solution, les sapeurs-pompiers qui ne disposent pas de bouteille à oxygène peuvent se brancher sur la lance afin de s’alimenter en air. « Le Bataillon des sapeurs-pompiers de Marseille teste aussi cette lance diphasique pour combattre les feux de forêt », indique Thomas Issler, président et fondateur de Zelup, une entreprise qu’il a créée il y a huit ans. Après plusieurs années d’expérimentation, la lance diphasique est produite en France, en région lyonnaise et sa commercialisation débute cette année. « Notre offre intéresse non seulement les sapeurs-pompiers mais aussi les industries du pneu et du pétrole notamment ainsi que les États situés dans des régions qui connaissent des pénuries d’eau », rapporte Thomas Issler. Ce spécialiste de la défragmentation hydropneumatique se mobilise aujourd’hui sur un autre projet. Il s’agit d’un petit véhicule d’intervention rapide qui, équipé de sa lance diphasique, transportera 1 000 litres d’eau. De quoi éteindre l’incendie de cinq véhicules.

Éliane Kan

Commentez

Participez à la discussion