Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risque incendie

ERP : il est urgence d’appliquer la norme EN 1125 pour sauver des vies

En cas d’incendie, les Établissements (ERP) recevant du public doivent gérer les mouvements de foule en panique. Pour faciliter l’évacuation des personnes, les barres anti-paniques bénéficient de la norme européenne EN 1125. Malheureusement, les ERP n’y recourent pas suffisamment. Rappel de ses avantages.

Une barre anti-panique avec le logo de la norme EN 1125

La barre anti-panique à la norme EN 1125 reste le seul équipement testé sous une pression de 100 kg lors de l’évacuation d’une foule. © JPM

En matière de construction et d’urbanisme, il existe près de 4 400 normes en vigueur. Ces réglementations relèvent de la sécurité, de la qualité d’usage, de l’accessibilité et de la performance énergétique. Cependant, elles sont souvent inappliquées, voire contournées. Or les conséquences sont parfois tragiques : 146 morts dans la discothèque “Le 5-7” en novembre 1970, à Saint-Laurent-du-Pont (Isère) où un incendie s’était déclaré. Les victimes avaient tenté vainement de sortir par les tourniquets qui ne tournaient que dans le sens de l’entrée… Ce drame a sensibilisé les autorités françaises et donné naissance en 1978 à la première norme sur les fermetures anti-panique, la norme NF P26-315. Laquelle confirme que les issues de secours doivent être équipées de portes en sortie toujours libres, dans le sens de la sortie. Après plusieurs révisions, en 1983 et 1989, cette norme française devient la norme européenne EN 1125. Publiée en 1997, puis révisée en 2003 et 2008, celle-ci continue d’évoluer afin de toujours mieux protéger les personnes. Une prochaine version sera publiée à partir de 2020.

Vers l’unification de trois normes européennes

« Le groupe de normalisation européen se réunit régulièrement afin de préparer l’évolution des trois normes européennes qui réglementent les issues de secours. Nous analysons les demandes des États membres concernant des cas d’applications et nous harmonisons les méthodes de test pour les laboratoires européens, explique Jean-François Seguin, responsable R&D chez Assa Abloy France qui possède la marque JPM, pionnière dans les barres d’ouverture anti-panique en France, et représente la France dans ce groupe. Ces tests sont spécifiques aux situations de panique qui peuvent se rencontrer dans un ERP. De nombreux produits de verrouillage standards ne peuvent prétendre les réussir. » Reste que de nombreux ERP négligent encore aujourd’hui les solutions d’évacuation. « Des équipements de porte inappropriés tels que les boutons moletés remplacent parfois les barres anti-panique, précise Anne Lavie, cheffe de produit chez JPM. Cette alternative n’est vérifiée par aucune norme et, en cas de pression d’une foule en panique sur la porte, l’ouverture facile et correcte n’est pas garantie. La vie des personnes présentes dans le bâtiment peut alors être mise en danger. »

Des exigences de bon sens

Parmi les exigences d’une barre anti-panique décrites par la norme EN 1125, la sortie doit être toujours libre tout en garantissant l’impossibilité de verrouiller la barre anti-panique du côté des sorties. L’entrée peut être verrouillée pour sécuriser le bâtiment mais en aucun cas la sortie. De plus, l’ouverture doit se faire dans le sens de la poussée, jamais en tirant la porte. Si plusieurs personnes se précipitent vers la porte, celle-ci doit suivre le mouvement naturel de la foule. Par ailleurs, la manœuvre de la barre anti-panique doit être facile et très intuitive. En outre, la barre anti-panique doit couvrir au minimum 60% de la largeur de la porte pour être accessible facilement. En cas de panique, plusieurs personnes peuvent se précipiter simultanément vers la porte. L’équipement de la porte doit être atteignable peu importe la position de la personne. Enfin, en cas de panique, la foule peut exercer une très forte pression sur la porte. Et, contrairement aux idées reçues, cela peut bloquer la porte si elle n’a pas le bon équipement. Une barre anti-panique est le seul équipement testé sous une pression de 100 kg lors d’une évacuation. Grâce à tous ces tests et ces critères, une barre anti-panique garantit l’évacuation sécurisée et efficace de toutes les personnes : enfants, personnes âgées, personnes à mobilité réduite… Et en cas d’incendie, même les personnes rampant au sol à la recherche d’oxygène, pourront utiliser plus facilement la barre anti-panique pour évacuer en toute sécurité.

Erick Haehnsen

Commentez

Participez à la discussion