Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Interceptor, ce quadricoptère abatteur de drone

L’ex-cofondateur de Facebook, Palmer Luckey, a mis au point un engin dont la force de frappe est capable d’emboutir les drones intrus afin de les neutraliser. Son logiciel d’autopilotage, Lattice AI, avait déjà servi dans un programme américain chargé de détecter les migrants à la frontière mexicaine...

Palmer Luckey en train de fignoler son drone intercepteur.

Palmer Luckey en train d’examiner son drone intercepteur. © Anduril

Des balises anti-collision aux radars radio-fréquence, des canons de brouillage électromagnétique aux caméras infrarouges… les solutions ne manquent pas pour la sécurité aériennes. Mais jamais personne n’avait inventé jusqu’alors une solution aussi offensive pour neutraliser les drones : il s’agit d’Interceptor, un drone quadricoptère conçu pour cogner et abattre les autres engins volants.

Un effet tête de bélier

Mis au point par Anduril, société cofondée par le controversé Palmer Luckey, à l’origine d’Oculus, un casque de réalité virtuelle rachetée par Facebook en 2014, cet outil de défense fait déjà polémique : piloté par le logiciel d’autopilotage intelligent Lattice AI, Interceptor est capable de repérer et de foncer sur les engins similaires pour les mettre hors d’état de nuire. Capable de chasser dans n’importe quel type d’environnement, de jour comme de nuit, ce véritable prédateur des airs « survit presque toujours et retourne à la base. »

Deux pays déjà intéressés

« La meilleure façon de tuer des drones rapides pilotés par des humains hostiles est d’utiliser des drones encore plus rapides pilotés par l’IA !, a tweeté le cofondateur. Les États-Unis ne peuvent pas permettre que le ciel du monde se transforme en Far West, notre capacité à éliminer les menaces aériennes en quelques secondes fait partie de la solution. » D’ailleurs, outre les États-Unis, la solution semble déjà intéresser le Royaume-Uni. Selon Bloomberg, plusieurs modèles auraient déjà été livrés.

Un logiciel déjà connu

Quoi qu’il en soit, la firme américaine n’en est pas à son premier coup. En mars 2018, elle avait développé une technologie de vision numérique basée également sur son logiciel Lattice, pour le compte du gouvernement américain. Sa mission ? Repérer les migrants entrant illégalement sur le territoire américain à la frontière avec le Mexique…

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion