Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risque incendie

Incendies : un tandem de drones pour développer le télépilotage de surveillance

L’Office national des forêts a formé ses gardes-forestiers au pilotage de drones afin qu’ils puissent aiguiser leur surveillance contre la lutte incendie. Grâce à cette technologie, ils vont pouvoir détecter des départs de feu, surveiller les feux mal éteints ou encore repérer les bivouacs. Une démarche qui pourrait inspirer les sites très étendus.

Vue du ciel de la forêt de Fontainebleau et de ses points chauds selon la caméra thermique embarquée dans le drone.

Vue du ciel de la forêt de Fontainebleau et de ses points chauds selon la caméra thermique embarquée dans le drone.
© ONF

Avec un massif de 25 ha, fréquenté par 11 millions de visiteurs par an et 25 départs de feu rien que cette année, sans compter le réchauffement climatique, la forêt de Fontainebleau représente un motif d’inquiétude constant pour l’Office national des forêts (ONF). C’est pourquoi l’institution a décidé de passer à la vitesse supérieure avec un dispositif de surveillance aérienne. Désormais, les six forestiers, qui ont reçu une formation adéquate, vont pouvoir se servir de deux drones de 6 kg, équipés de caméras thermiques, avec une capacité d’autonomie de 30 minutes. 

Deux drones pour la localisation

Il s’agit de détecter et de localiser le plus rapidement possible les colonnes de fumées, qui par exemple, auraient pu être signalées par un avion à son passage au-dessus de la forêt. Au moindre doute, un premier drone part en éclaireur pour confirmer le sinistre, puis le second décolle pour récolter plus de précisions sur l’incendie et son volume. 

Détecter les points chauds

Autre application importante : détecter les incendies mal éteints. En effet, même si l’on croit un feu maîtrisé, certains points chauds peuvent couver en profondeur sous le sol. D’où l’intérêt d’une vue du ciel avec une caméra thermique… De même, le dispositif va pouvoir détecter les bivouacs, à l’origine de 90% des incendies selon l’ONF.

Des fonds du Crédit Agricole

Pour orchestrer cette opération, l’organisme a pu bénéficier de plusieurs soutiens. Dont la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) qui a formé les six forestiers au télépilotage pour la surveillance aérienne. Côté budget, le projet a reçu des financements du fonds de Mécénat du Crédit Agricole Brie Picardie, représentant un tiers du budget total. 

Une analyse des données

De quoi financer le matériel à savoir deux quadricoptères de 90 cm d’envergure pour le drone principal et de 20 cm pour celui dédié aux entraînements et aux missions de reconnaissances sanitaires arboricoles. Quant aux données générées, elles sont analysées par un correspondant géomaticien…  Ces technologies et les formations pour s’en servir intéressent également les entreprises à site très étendu.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion