Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Industrie pétrolière : gérer des risques multiples

De l’extraction du pétrole brut au stockage et à la distribution des produits finis, l’industrie pétrolière déploie un large éventail de solutions spécifiques. Que ce soit en matière de lutte contre la malveillance ou l’incendie, le risque zéro est plus que jamais un objectif prioritaire...

Des plates-formes off shore aux dépôts pétroliers en passant par les stations service et autres terminaux gaziers, l’industrie pétrolière doit gérer une multiplicité de risques liée à la nature même de cette matière première, à son mode de production et d’acheminement. Dans un contexte de raréfaction des ressources et de hausse des cours, les compagnies en charge de l’exploitation, de la transformation et de l’approvisionnement font par ailleurs face à de nouvelles menaces telles que le risque terroriste. Des problématiques de sûreté et de sécurité d’autant plus lourdes que les industriels du secteur ont à gérer des sites répartis sur les cinq continents implantés au sein d’environnement souvent contraignant (climat et conditions naturelles extrêmes, tensions géopolitiques, …). Une présence internationale qui rend nécessaire l’harmonisation des dispositifs de sûreté et de sécurité mis en implantés sur la totalité du globe. Autre particularité, la plupart des sites de stockage des produits pétroliers ou gaziers étant situés en périphérie des grandes agglomérations (une centaine de dépôts pétroliers et une trentaine de dépôts gaziers sur le territoire national), les pouvoirs publics et l’opinion se montrent particulièrement attentifs quant au respect des normes de sécurité notamment en matière de lutte et de prévention contre l’incendie ou les fuites d’hydrocarbures (établissements visés par la Directive Seveso 2 et la loi ICPE). Autant d’éléments qui conditionnent tout ou partie de l’organisation des systèmes de sécurité actuellement déployés par les professionnels du secteur.

Détection et analyse

Première contrainte des industriels, détecter les fuites éventuelles de vapeurs et autres gaz inflammables et explosifs. Une nécessité « absolue » dans les dépôts d’hydrocarbures ou les unités pétrochimiques. Au sein des sites pétroliers, la détection des gaz et vapeurs d’hydrocarbures est réalisée à l’aide de détecteurs explosimètres à perles catalytiques. Une étude technique préalable définit les zones à risques et l’emplacement de chaque détecteur. Concrètement, ces outils sont raccordés à une centrale de détection qui gère les asservissements tels que feu à éclats, sirène, coupure électrique, … Quant aux dépôts gaziers (gaz propane et butane liquides), ces derniers sont majoritairement équipés de détecteurs de gaz (catalytique ou infrarouge) et de détecteurs de flamme. Sur ce marché, des prestataires comme, Autochim (distributeur) Dräger Safety ou Simtronics font partie des principaux fournisseurs de groupes tels que Shell, Exxon Mobil, Total Fina Elf, BP et leurs filiales « chimie ». La détection de flammes s’appuie sur des outils spécifiques basés sur les technologies Infrarouge (IR) et/ou Ultraviolet (UV). Les détecteurs les plus performants disposant d’une combinaison des deux types de capteurs. Les détecteurs de flamme IR, le plus souvent équipés de cellules au silicium ou au sulfure de plomb, sont les détecteurs de flamme les plus utilisés du fait de leur coût et de leur facilité d’utilisation. Ils permettent une détection au travers des fumées et sont efficaces pour les feux d’hydrocarbures (liquides, gaz ou solides). En revanche, ils sont sensibles à la présence d’eau et sont peu performants sur les combustions très vives (gaz de méthane, acétylène, GPL…). Dans ce registre, Autochim et Simtronics proposent une gamme de détecteurs de flammes (FL 3100 pour Autochim) associant les deux technologies (IR et UV). Basée sur une technologie par microprocesseur, ces détecteurs sont conçus pour délivrer immédiatement et précisément une alarme tout en garantissant leur immunité contre les fausses alarmes (foudre, soudure à l’arc, radiations parasites,…).

Contrôle et supervision

Capteurs toximètre, explosimètre ou détecteur de flamme, le système de sécurité globale Syntel développé par Simtronics intègre la détection et la gestion des alarmes avec une configuration ouverte et sécurisée. L’approche supervision permet de bénéficier des fonctions de prise en compte, de zoning et de voting grâce à une ergonomie conviviale. Les qualités intrinsèques du réseau adressable, complétées par les innovations brevetées de sécurisation, rendent cette solution beaucoup plus fiable qu’une centrale de détection analogique. En outre, les facilités d’étude et d’ingénierie, de mise en œuvre et d’extension du réseau, garantissent un système très attractif au niveau du coût grâce aux réductions des coûts de câblage et d’exploitation. Une solution déployée sur plusieurs dépôts d’hydrocarbures et autres sites de production de l’industrie pétrochimique. La supervision proposée permet en effet d’afficher sur écran un ou plusieurs synoptiques dynamiques portant les états et mesures des détecteurs de gaz ou de flamme du site. Cette supervision conviviale possède un synoptique principal où l’ensemble de la détection est représentée sur fond de plan du site et plusieurs synoptiques plus détaillés. Chaque détecteur y est représenté sous forme d’une icône animée qui permet de définir rapidement son état (changement de couleur, vert : actif, orange : défaut, rouge : alarme). Et au-delà de ces outils de prévention du risque incendie, l’industrie pétrolière organise la sûreté de ses différents sites autour de solutions spécifiques aux sites sensibles. En l’espèce, l’objectif est de parer les actes de malveillance et l’intrusion dans le but de garantir la sécurité et la continuité des approvisionnements. Barrières (infrarouge et hyperfréquence), systèmes de détection, barrières et capteurs double technologie et vidéosurveillance font désormais partie de l’arsenal déployé par les différents opérateurs (lire application sur site).

 Des dépôts sous haute surveillance
Classés Seveso 2, les réservoirs des dépôts pétroliers comprennent de nombreux dispositifs de sécurité : des soupapes de sécurité et, pour les réservoirs contenant des produits volatils, des écrans flottants qui limitent la dispersion des vapeurs d’hydrocarbures, des alarmes et des détecteurs d’hydrocarbures dans les cuvettes de rétention (détection de fuites), des alarmes et des vannes de fermeture automatique en cas de fuite sur une canalisation, des installations anti-incendie fixes (couronnes d’arrosage, rideaux d’eau) et mobiles (canons à eau) avec des réserves suffisantes d’eau et d’un produit moussant (émulseur).

En savoir plus

Cet article est extrait du Magazine APS n°170 – Avril 2008.
Pour plus d’information sur nos publications, contactez Juliette Bonk .

Commentez

Participez à la discussion