Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Le Moyen-Orient bascule vers la vidéosurveillance en réseau

Selon une récente enquête réalisée par le cabinet IMS Research, le marché de la vidéosurveillance au Moyen-Orient aurait atteint le point qui voit les ventes de systèmes réseau dépasser la traditionnelle vidéosurveillance analogique.

Selon une récente enquête réalisée par le cabinet IMS Research, le marché de la vidéosurveillance au Moyen-Orient aurait atteint le point qui voit les ventes de systèmes réseau dépasser la traditionnelle vidéosurveillance analogique. Selon le rapport publié par IMS Research, les ventes d’équipements de solutions de vidéosurveillance réseau auraient représenté, en 2011, 53 % du marché total de la vidéosurveillance dans cette région du globe. Ce basculement n’était attendu que pour l’année 2012…

Mais, comme le souligne Oliver Philippou, auteur du rapport : « Etant donné que les marchés du Moyen-Orient ont moins été touchés par la crise de 2008 en raison de la nature “conservatrice” du système bancaire islamique et de l’augmentation de la demande en produit pétroliers, des projets importants en vidéosurveillance ont pu être menés à bien. Cet ensemble de facteurs a eu un effet accélérateur dans le passage de l’analogique vers le numérique. »

Il ajoute que, dans certains pays comme la Turquie (le plus grand marché pour la vidéosurveillance au Moyen-Orient mais encore très orienté analogique), « cette transition ne fait que commencer ».

Le marché de la vidéosurveillance dans cette région est soutenu par une forte demande en équipements dans les grands marchés régionaux comme la Turquie où la pénétration de l’IP devrait s’accroître de manière significative d’ici 2016 (via l’équipement des sites aéroportuaires, par exemple). En Iran, ce sont les besoins en matière de sécurité urbaine qui vont tirer le marché. L’Arabie saoudite, quant à elle, a un marché caractérisé par une forte demande émanant du monde hospitalier, des écoles et des aéroports. Enfin, au Koweït, ce sont les besoins du secteur bancaire qui favorise le passage de l’analogique vers le numérique.

Commentez

Participez à la discussion