Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Eric Przyswa (Mines ParisTech) : « La contrefaçon des vins et spiritueux a pris une dimension industrielle »

Fausses bouteilles ou étiquettes, re-remplissage, marchés gris, autant de pratiques criminelles qui portent atteinte à l’industrie des vins et spiritueux. Eric Przyswa, chercheur associé à Mines ParisTech au sein du Centre de recherche sur les risques et les crises, a conduit pour la start-up belge Selinko, la première étude sur les différentes technologies anti-contrefaçon et leurs applications.

Quel est l’intérêt d’une telle étude ?

Ce travail de recherche souligne le déficit d’analyses statistiques sur le phénomène de la contrefaçon dans le secteur des vins et spiritueux. Cette situation serait due, entre autres, à la difficulté traditionnelle d’analyse des marchés illicites et au manque de statistiques internationales sur les saisies douanières d’alcools. Il s’agit du premier travail d’information, d’analyse et de décryptage sur ce secteur.

Quelle a été la méthodologie ? 

Nous avons combiné une approche documentaire, aussi exhaustive que possible, avec des entretiens. Les grandes maisons comme Château Latour ou Château Margaux se posent de nombreuses questions quant à la façon de protéger leurs produits. Les acteurs du secteur veulent comprendre la problématique de la contrefaçon et évaluer les techniques de protection. Mais l’étude peut intéresser tous les acteurs industriels concernés par la sécurisation de leurs produits.

Quel est l’état des lieux de la contrefaçon des vins et spiritueux ? 

La contrefaçon de ce secteur a toujours existé. Les grands crus ont toujours été copiés. Mais depuis quatre ou cinq ans, la contrefaçon a pris une dimension industrielle, notamment en Chine où, par exemple, un trafic de 10.000 faux Château Lafite a été démantelé. 25 % des vins et spiritueux européens importés en Chine seraient des contrefaçons.

Comment se prémunir de la contrefaçon ? 

Plusieurs technologies existent : le code à bulles, l’ADN, l’hologramme… Mais nous avons observé que la solution la plus efficace pour des produits de haut de gamme était le NFC [Near Field Communication, NDLR] et la RFID [identification par radiofréquences, NDLR]. Concrètement, un tag est positionné sur le produit et le client, ou un autre acteur, peut à l’aide d’un smartphone, authentifier la bouteille. Il faut cependant réfléchir à des mises en places spécifiques car une des techniques de contrefaçon utilisée est celle du re-filling, le re-remplissage de faux vins dans de vraies bouteilles. Il s’agit alors de sécuriser le bouchon.

Le secteur est-il prêt à ce virage numérique ? 

Ce sont de grandes maisons traditionnelles qui prennent l’initiative car elles sont conscientes de la nécessité de protéger leurs bouteilles. Cela dit, il y a encore peu d’entreprises qui ont compris l’avantage marketing de ces technologies qui permettent de dédramatiser l’authentification grâce à son aspect ludique, renforcer une relation de confiance avec le client, faire remonter des informations sur la consommation, créer des bases de données, proposer des questionnaires qualité… Mais nous n’en sommes qu’au commencement. Ces applications seront peu à peu développées.

Caroline Albenois

Commentez

Participez à la discussion