Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Alan Ferbach (Videtics) : « Seuls 10 % des flux générés par les caméras de vidéoprotection sont réellement utilisés »

Créé en mars 2019, cet éditeur de solutions d’analyse vidéo par Deep Learning accéléré pour la sûreté et la mobilité propose une suite logicielle qui facilite la surveillance des zones protégées et l’investigation a posteriori. Cofondateur de l’entreprise, Alan Ferbach dévoile Videtics Perception, la toute nouvelle suite logicielle de la jeune pousse basée à Sophia-Antipolis (06).

alan-ferbach-est-l-un-des-cofondateurs-de-la-societe-videtics-creee-en-mars-2019

Alan Ferbach est l’un des cofondateurs de la société Videtics, créée en mars 2019. ©Neutronic

Sur quelle idée avez-vous fondé la création de votre entreprise ?

Nous proposons des solutions d’analyse vidéo par intelligence artificielle (Deep Learning). Et pour ce faire, nous récupérons les flux des caméras de vidéoprotection. En fait, nous travaillons principalement sur deux thématiques : la sûreté, notamment pour détecter les comportements anormaux (vol, agression, intrusion…), puis la mobilité, pour comprendre comment le citoyen utilise l’espace public. L’objectif de fournir aux collectivités territoriales des données qui vont les aider à prendre des décisions d’aménagement du territoire, mieux réguler les feux de circulation, désengorger les villes et réduire la pollution.

Comment vous est venue l’idée de vous positionner sur ces créneaux ?

Nous avons constaté que seuls 10 % des flux générés par les caméras de vidéoprotection sont réellement utilisés. Dans certaines métropoles, il y a 3 800 caméras et une dizaine d’opérateurs pour visualiser ces flux-là. Les collectivités territoriales ont donc besoin de technologies comme l’IA pour analyser en temps réel différents flux et remonter des alertes sur mesure. En fait ce que nous proposons, c’est de créer des scénarios autour des caméras. Nous ne considérons pas la caméra comme un simple dispositif de vidéoprotection mais comme un capteur qui va nous envoyer des statistiques sur mesure pour vraiment comprendre comment on utilise la voirie, les bâtiments…

Outre les collectivités territoriales, vos technologies concernent-elles aussi les entreprises ?

Nos technologies intéressent principalement les villes et les collectivités territoriales mais, bien sûr, nous travaillons aussi avec des entreprises privées qui ont besoin de protéger leurs salariés. Dans ce cas, nous détecterons des situations comme lorsqu’un employé se rapproche dangereusement d’une machine ou lorsqu’il y a une tentative d’intrusion. L’objectif étant alors de protéger les stocks. Conjointement à cela, nous avons développé un marché sur la télésurveillance et créé un partenariat avec Azursoft, qui est un des leaders européens dans le domaine de l’édition de logiciel de télésurveillance.

le-logiciel-videtics-perception-est-compatible-avec-la-majorite-des-cameras-et-vms

Le logiciel Videtics Perception est compatible avec la majorité des caméras et VMS. ©Videtics

Comment l’IA vient-elle agir dans ces services ?

Lorsque nous parlons d’alarmes vidéo dans le secteur de la télésurveillance, les fausses alertes sont très fréquentes et majoritaires… Il va y avoir l’araignée qui passe devant l’objectif, le vent qui fait bouger la végétation ou le PC Windows qui réalise sa mise à jour à minuit… Tout simplement parce que nous sommes souvent sur d’anciennes technologies basées sur la détection de mouvement. En fait dès qu’il y a un changement de pixels, cela déclenche une alerte. Malheureusement, beaucoup d’entre elles sont intempestives. C’est là où notre technologie vient redonner confiance à nos clients car nos algorithmes d’IA valident qu’il y a bien une présence humaine. Le point clé, c’est qu’au niveau du matériel, des hardwares, des caméras, nous sommes compatibles à 95 % avec les équipements présents sur le marché. Même chose pour les logiciels de gestion vidéo, les VMS, que les collectivités utilisent. Du coup, les agents de sécurité continueront de travailler comme si de rien n’était. la différence, c’est que la charge cognitive sera allégée.

Quelle est votre actualité en termes de produit ?

Pour Expoprotection 2022, nous allons montrer notre suite logicielle qui s’appelle Videtics Perception que nous commençons à commercialiser. Cette suite fonctionne à la fois en temps réel et a posteriori. Par exemple, lorsqu’un officier de police judiciaire vient avec des heures d’enregistrement, nous lui faciliterons le travail via notre IA. Ce qui va permettre d’aller un peu plus vite et surtout de pouvoir déléguer à notre technologie la tâche de chercher une personne dans une zone précise. Une des fonctionnalités phare que nous aimons présenter consiste à détecter des anomalies via la posture d’une personne. Cette technologie a été développée avec Nexter Robotics, un fabricant de machines de combat, via une subvention de la part de Bpifrance sur un cas d’usage concernant la posture d’un militaire allié. Le but maintenant, c’est de l’adapter au monde civil. Par exemple pour détecter dans le milieu bancaire une prise d’otage, des personnes qui ont les mains en l’air… L’information sera alors en temps réel. Même possibilité dans le milieu hospitalier ou en Ehpad, lorsque des personnes sont victimes d’une chute ou d’un malaise.

Propos recueillis par Maxence Rysmann

Retrouvez toutes les innovations sur la vidéoprotection sur Expoprotection.

Le salon international de la prévention et de la maitrise des risques se déroulera du 15 au 17 novembre 2022.

Inscrivez-vous

Commentez

Participez à la discussion