Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Entreprises et salariés en détresse : le Sest s’active

Malgré la fin du confinement, de nombreuses entreprises subissent de plein fouet la crise économique. Pour protéger les employés des risques psychosociaux issus de cette situation ainsi que du télétravail, le Sest dévoile la panoplie des opérations qu'il déploie.

345-plans-de-sauvegarde-ont-ete-lances-selon-la-dares

Selon la Dares, entre mars et septembre, 345 plans de sauvegarde de l’emploi ont été lancés © Gerd Altmann / Pixabay

Sur le plan sanitaire, il ne faut pas croire que tout est revenu dans l’ordre depuis la fin du confinement. Alors qu’une seconde vague d’épidémie menace, les entreprises s’inquiètent de la situation économique et sociale. Parmi les premières victimes de cette crise, les salariés craignent un avenir incertain. Lequel peut laisser des séquelles sur le plan psychologique. Face à ce risque, le Service aux entreprises pour la santé au travail (Sest) engage une lutte depuis le confinement afin de préserver la santé des collaborateurs au sein de ses entreprises adhérentes. À cet égard, l’organisme fait face à trois défis. À savoir la maîtrise des risques sanitaires au travail, la qualité de la mise en usage du télétravail. Ou encore le soutien des organisations dans leurs plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) et de leurs transformations.

345 PSE depuis mars

Premier constat, l’économie se porte mal. Malgré la fin du confinement, la reprise de l’activité s’avère incertaine pour de nombreux secteurs économiques. Ainsi, selon le sondage Opinionway Eléas de septembre 2020, 90% des dirigeants d’entreprise envisagent des transformations. De même, selon la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), 345 plans de sauvegarde de l’emploi ont été lancés depuis mars. Quant aux répercussions sur les employés, il y a de quoi s’inquiéter.

Aide à l’intégration des mesures sanitaires 

D’où l’intérêt d’un interlocuteur comme le Sest qui compte 6 500 organisations adhérentes pour aider les entreprises dans cette épreuve. Parmi les actions menées, figure la prévention des risques sanitaires, avec tout un volet conseil et accompagnement. Ce qui se traduit par exemple par une aide à l’intégration des mesures sanitaires dans le Document unique d’évaluation des risques (DUERP). Ou encore en formant un référent Covid-19.

Des milliers d’AMT

Pour ce faire, le Sest a mené plusieurs milliers d’Actions en milieu de travail (AMT) depuis mars. Il s’agit d’aider les entreprises à repenser les espaces de travail conformément aux règles sanitaires. Avec une nouvelle gestion des flux et de nouvelles conditions d’hygiène.

Un dispositif de téléconsultation

Par ailleurs, les équipes médicales de l’organisme de santé au travail ont mis en place un dispositif de téléconsultation. Elles aident les salariés à se faire dépister et les employeurs à prendre les mesures adéquates en cas de soupçon de Covid-19.

Le télétravail, facteur de risques psychosociaux

En ce qui concerne le télétravail, si pratique soit-il, la récente généralisation de sa pratique entraîne des risques psychosociaux (RPS). Peu habitués à travailler seuls chez eux, certains salariés développent des pathologies induites par le sentiment d’isolement et l’hyperconnectivité. Et c’est sans compter les troubles musculosquelettiques (TMS) dues aux mauvaises postures, ou pire encore, l’augmentation des pratiques addictives. Comme le tabagisme, l’alcoolisme et la toxicomanie.

Une cellule de soutien téléphonique

Conscient de ce phénomène, le Sest propose une cellule d’écoute et de soutien téléphonique. Le but étant d’aiguiller l’employé souffrant vers un psychologue clinicien du travail. Et ce, en toute confidentialité…

Formation des managers et des collaborateurs

Le Sest assiste également les entreprises pour limiter les facteurs de risques psychosociaux en définissant un cadre. Ce qui passe par la formation des managers, le travail collaboratif avec des horaires et des rythmes définis. Le but étant de protéger les employés d’une désynchronisation vis-à-vis du rythme des autres membres de leur famille. Pour les aider, l’organisme a mis au point une formation « anti-risques psychosociaux » pour comprendre les mécanismes du stress.

Soutenir les employés durant les vagues de licenciement

Enfin, le Sest s’engage dans l’accompagnement des PSE ou de transformation des entreprises. En cas de réorganisation, les entreprises peuvent s’attendre à une explosion des risques psychosociaux. Tant en ce qui concerne les licenciés que les collaborateurs maintenus à leur poste. D’où l’importance d’encadrer cette démarche.

Soutien psychologique

Pour cela, le Sest opère toute une série d’actions, comme la présence psychologique sur place, des prises de contact informelles avec les salariés. Ainsi qu’une mise à disposition d’une ligne téléphonique de soutien. Autre action, les équipes de l’organisme collaborent avec les RH pour identifier les personnes les plus vulnérables, en repérant les signes de souffrance. Comme la dépression, les comportements addictifs, la mise en danger, le sentiment d’échec ou d’abandon…

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion