Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Un robot ouvrier qui se pilote grâce à la réalité virtuelle

La compagnie ferroviaire japonaise West Japan a développé un robot humanoïde chargé de remplacer ses opérateurs dans les missions les plus pénibles et risquées.

Pour lutter contre les risques de TMS, de chute ou d’électrocution, l’industrie se robotise. Outre les manipulateurs et les exosquelettes, certaines innovations vont encore plus loin. Ainsi, la compagnie ferroviaire japonaise West Japan Rail Company a commandé un robot humanoïde capable d’imiter les mouvements d’un opérateur. Monté sur une grue, ce robot qui a tous les airs du célèbre androïde Wall-E se pilote grâce à un casque de réalité virtuelle. 

le-robot-manipule-les-equipements-les-plus-lourds

Le robot a été conçu pour manipuler les équipements les plus lourds de l’infrastructure ferroviaire à la place des ouvriers.
© West Japan

Améliorer la sécurité

Dévoilé par la compagnie grâce à une vidéo, ce robot a été conçu en partenariat avec les entreprises de robotique Human Machinery et Nippon Signal. Selon la société, les principaux objectifs sont « d’améliorer la productivité et la sécurité », en permettant aux travailleurs de soulever et de manipuler naturellement des équipements lourds autour du système ferroviaire sans les exposer à des risques de chocs électrique ou de chute.

l-operateur-commande-le-robot-grace-a-un-casque-de-realite-virtuelle

Grâce à un casque de réalité virtuelle, l’opérateur voit à travers les yeux du robot pour mieux commander ses mouvements.
© West Japan

Un casque de réalité virtuelle

Concrètement, l’androïde est monté sur un bras de grue hydraulique, qui se déplace autour du système ferroviaire sur un wagon spécialement renforcé, et pose des jambes stabilisatrices lorsqu’il est temps de se mettre au travail. Aux manœuvres, l’opérateur muni d’un casque de réalité virtuelle peut contrôler les mouvements grâce à une vision stéréo qui lui permet de voir à la place du robot. 

Une sensation cinétique

Ensuite, une paire de poignées permet de piloter les bras et les pinces du robot. Sachant que si une force externe comme un poids, fait bouger les bras du robot, ce mouvement est renvoyé aux commandes du pilote à la manière d’une sensation cinétique.

Une démonstration vidéo 

Une vidéo publiée sur Twitter montre le robot soulevant et positionnant des composants de taille raisonnable, ou encore nettoyant des structures ferroviaires aériennes à l’aide d’une brosse spéciale à angles multiples. Il saisit tous ces outils dans ce qui ressemble à des mains relativement simples, semblables à des pinces, et fait preuve d’un degré raisonnable de dextérité, même si pour l’heure, ce dernier fonctionne à une vitesse assez lente.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion