Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risque incendie

En cas d’incendie, que se passe-t-il dans une cheminée ?

Le CNRS et l’entreprise Poujoulat se sont associés pour créer un laboratoire. Au sein duquel les chercheurs vont étudier de plus près la mécanique des flammes en présence d’une cheminée.

les-chercheurs-optifum-etudient-la-mecanique-incendie-dans-les-conduits-de-cheminee

Les chercheurs d’Optifum étudient la mécanique d’un incendie dans les conduits de cheminée.
© Optifum

Un feu se déclare dans une pièce dotée d’une cheminée. Y a-t-il un risque pour que les flammes gagnent les pièces supérieures par le conduit ? Un départ de flamme survient dans le conduit de la cheminée, va-t-il se propager dans la pièce ? Pour le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à travers son institut Pprime, ces questions s’avèrent cruciales. Pour y répondre, ses chercheurs se sont associés à l’expert en conduits de cheminée Poujoulat. Ensemble, ils viennent de créer un laboratoire commun, Optifum. Leur mission : étudier les conduits d’extraction de fumée en situation d’incendie. Une association de compétences qui permettra à Poujoulat de perfectionner ses solutions. 

Une collaboration depuis huit ans

Il faut savoir que la collaboration ne date pas d’hier entre les deux acteurs qui se sont rencontrés en 2012. Aujourd’hui, ils ont décidé d’enrichir leur collaboration à travers Optifum. Ce dernier bénéficie également du soutien de l’Agence nationale de la recherche (ANR). Aux manœuvres, l’équipe Combustion hétérogène de Pprime collabore désormais avec le laboratoire Centre essais recherches des industries de la cheminée(Ceric) de Poujoulat. 

Un conduit de cheminée aggrave-t-il un incendie ? 

Pour l’heure, les deux équipes vont plancher sur deux scénarios. Il s’agit de mesurer la propagation d’un feu dans une pièce dotée d’une cheminée. Le but étant de déterminer si son conduit devient un vecteur de transmission des flammes. Pour cela, les scientifiques vont analyser la tenue structurelle du conduit. Ainsi que la transmission de la chaleur libérée par l’incendie à travers ce canal.

Gare au dépôt inflammable

Second scénario, un feu surgit dans le conduit lui-même. Dans ce cas, le danger réside dans les dépôts accumulés et potentiellement inflammables. Il s’agira donc de les analyser en fonction des caractéristiques du feu qu’ils peuvent générer.

Interroger la mécanique globale d’un incendie

Pour mener à bien ces expérimentations, les deux équipes vont mutualiser moyens expérimentaux et compétences. Certains bancs d’essai bénéficieront également de l’intervention d’autres partenaires. Outre une meilleure connaissance de l’inflammabilité des dépôts, c’est tout le mécanisme d’un incendie qui sera étudié. 

Deux modèles de simulation numérique

A l’issue de ces tests, les chercheurs exploiteront les données acquises pour créer deux modèles de simulation numériques. L’un concernant les échauffements et les transferts de chaleur. L’autre la formation des dépôts au sein du conduit et leur combustion. De quoi aider Poujoulat à affûter ses gammes existantes et futures. 

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion