Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Dronotec propose aux assureurs un service de télé-inspection partout en France

L'entreprise francilienne facilite l'inspection de zones sinistrées, difficiles et périlleuses d'accès pour les experts en assurance. Son service d'intervention s'appuie sur un réseau d'une soixantaine de pilotes sur la France. Elle a pour premier client l'assureur Allianz.

Accéder rapidement à une zone sinistrée par un incendie, un violent coup de vent ou un glissement de terrain peut s’avérer dangereux pour les experts en assurance dépêchés en toute hâte. D’où l’intérêt du service proposé par Dronotec, une start-up créée l’an dernier et dirigée par Emilien Rose, un ancien spécialiste en assurance. Basée à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), cette TPE propose depuis le début de l’année des prestations de télé-inspection de sites par drone. En vue, l’identification des infiltrations sur une toiture terrasse ou la réalisation d’un relevé topographique sur le toit d’un bâtiment sinistré.

« Récemment, nous avons mené une mission de télé-inspection sur le toit d’une fonderie emporté par un coup de vent », explique Lionel Leduc, en charge du développement commercial de Dronotec. Sur le terrain, un pilote diplômé d’une licence de télé-pilotage de drones civils commande à vue l’engin, sur les instructions de l’expert en assurance présent à ses côtés. Chaussé de lunettes immersives, ce dernier voit en temps réel les images cadrées par la caméra embarquée à bord du drone. « Il peut ainsi rédiger son rapport sans craindre de faire une chute ou d’être victime d’un effondrement », rapporte Lionel Leduc. La visualisation des images en temps réel est possible grâce au logiciel livré avec le drone et qui est téléchargeable sur une tablette ou un smartphone sous iOS ou Android. Cette application reliée à la télécommande de l’appareil permet de lancer la vidéo et de recevoir le retour vidéo en direct.

Outre la vidéo de la zone sinistrée, Dronotec fournit également à l’assureur et à son expert un dossier comportant un plan des lieux ainsi que des photos référencées. « Cette mise en forme des documents fait gagner à l’expert un temps précieux car il se focalise uniquement sur les seules images qui méritent son attention », fait valoir Lionel Leduc. Cet avantage métier, lié à une réduction des coûts d’intervention des experts, a d’ailleurs convaincu Allianz de recourir aux services de Dronotec. En effet, selon la complexité des missions, ce dernier facture ses interventions entre 490 et 1.490 euros. A comparer aux coûts de location due à l’immobilisation d’un camion nacelle ou d’une installation d’échafaudage nécessaire lorsque l’expert doit monter sur une toiture sinistrée ou difficilement accessible.

« Pour l’heure, nous avons réalisé une cinquantaine d’interventions dont entre 30 et 40 missions pour les experts en assurance », rapporte le chargé d’affaires de Dronotec qui intervient pour le compte d’Allianz auprès de plusieurs grands cabinets d’expertise en assurance comme Cunningham Lindsey, Elex, ou Texa.

En-dehors du monde de l’assurance, Dronotec développe une clientèle de municipalités et d’entreprises, notamment pour identifier des déperditions énergétiques, inspecter des silos, faire des relevés, etc. « Nous pouvons intervenir rapidement partout en France grâce à notre réseau de pilotes de drones auprès desquels nous sous-traitons les missions, explique Lionel Leduc. Nous sommes en contact avec une soixantaine de professionnels qui disposent tous d’une licence de télé-pilote en drone civil et d’une autorisation de vol. » Un tiers de ses pilotes est équipé du drone DJI Phantom 3. L’engin conçu et fabriqué par le constructeur chinois DJI bénéficie d’un capteur 4K (soit 4 fois le full HD) et dispose d’une autonomie d’un quart d’heure mais il est rapidement rechargeable grâce à un jeu de batteries. Dronotec a également investi dans ce drone semi professionnel auquel il prévoit d’ajouter d’autres capteurs. Par exemple, un télémètre laser afin d’aider les experts à calculer plus rapidement la surface d’un sinistre de manière à délivrer plus rapidement une proposition d’indemnisation aux assurés.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion