Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Drones : la FPDC rejoint la Fnam

La Fédération professionnelle du drone civil (FPDC) et la Fédération nationale de l’aviation marchande (Fnam) font cause commune pour professionnaliser le secteur émergent des drones. Il s'agit de contribuer à la structuration et à l’élaboration des futures réglementations françaises et européennes en la matière. Et de développer une filière métier.

La Fédération nationale de l’aviation marchande (Fnam) annonce l’adhésion de la Fédération Professionnelle du Drone Civil (FPDC) en tant que membre associé. Cette démarche s’inscrit dans une volonté de professionnalisation de la filière Drone, notamment en matière de structuration des réglementations françaises, élaborées par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) et européennes, sous contrôle de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA). Ce premier niveau de rapprochement permettra d’une part à la Fnam de regrouper l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur de l’aérien – en particulier le secteur en forte croissance des drones. Par ailleurs, la FPDC va bénéficier de l’appui de la Fnam pour le développement d’une filière métier, notamment au travers de la création d’un certificat de qualification professionnelle de télépilote de drone.
Représentant 95% du transport aérien français, la Fnam apportera à la FPDC son expérience des processus réglementaires aux niveaux français et européen. En particulier, son expertise contribuera à accompagner et défendre les intérêts de la FPDC dans sa relation avec ses adhérents et partenaires lors de l’élaboration en cours de la réglementation Drones. Sur le plan réglementaire au niveau européen, la Fnam et l’EASA ont institué depuis longtemps un programme de deux rencontres périodiques par an réunissant le directeur exécutif de l’EASA, Patrick Ky, ainsi que des représentants et des dirigeants d’entreprises membres de la Fnam.
Ces échanges se complètent de relations constantes entre les Rulemaking Officers de l’EASA et les permanents Fnam. Cette dernière est, au niveau français, l’interlocuteur privilégié de la DGAC. Elle traite ainsi des sujets majeurs pour le transport aérien français. Par exemple, les limitations de temps de vol et de repos des personnels navigants – Flight Time Limitations (FTL) – dont la mise en œuvre à partir de février constitue un enjeu de compétitivité et de sûrté. Citons également la mise en œuvre des Systèmes de management de la sécurité (SMS) pour promouvoir le plus haut niveau de sécurité des vols de tous les aéronefs… et bien entendu des drones. Ce rapprochement est la reconnaissance des efforts de la toute profession et de la FPDC pour structurer leur filière naissante en reprenant les meilleures pratiques de l’aéronautique et leur souci permanent de la sécurité des opérations, tout en les adaptant aux spécificités de la technologie des drones.
Actuellement, le marché du drone civil fait face à une explosion du nombre de télépilotes, opérateurs au sol qui doivent respecter les contraintes réglementaires définies aujourd’hui par la DGAC et demain par l’EASA, en charge de la sécurité aérienne. La filière des drones civils est riche d’un fort potentiel d’innovation et amène la création de nouveaux métiers (conception, réalisation des drones, formation, télépilotage, collecte et exploitation de données, diagnostics, etc.). A ce jour, la filière a créé quelques 5.000 emplois, un nombre qu’elle espère voir monter jusqu’à 20.000 emplois à l’horizon 2020. L’EASA va publier d’ici la fin de l’année une opinion technique qui servira de base à une future réglementation sur l’utilisation des drones.

Erick Haehnsen

Commentez

Participez à la discussion