Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Arnaud Conrad (DPD France) : « Les millions d'euros que nous avons investi pour sécuriser nos sites ont été rentabilisés »

Interview du directeur Sécurité et Sûreté chez DPD France, filiale du logisticien DPDgroup, qui compte 1.800 salariés répartis sur 62 sites (56 agences et 6 centres de tris) où sont traités 60 millions de colis par an.

Lors de votre arrivée, il y a deux ans, vous avez entrepris de renouveler l’ensemble des dispositifs de sécurité qui équipent vos 62 sites. Ce plan qui est encore en cours de déploiement a-t-il déjà donné les résultats escomptés ?

En 2013, nous avons enregistré une augmentation spectaculaire des intrusions dans nos entrepôts et qui était le fait d’une bande de malfrats qui, depuis, a été arrêtée. Ces événements nous ont amenés à renforcer la sécurité de nos installations avec de nouveaux moyens, notamment des caméras thermiques et la technologie Smartwater de marquage par ADN. Nous avons investi des millions d’euros que nous avons déjà rentabilisés. D’abord, nous n’avons eu aucune tentative d’intrusion pendant un an. Le retour sur investissement est énorme sachant que lorsque nous subissons un sinistre, cela nuit à notre image. En outre, l’agence qui en est victime est obligée de se réorganiser et d’embaucher de la main d’œuvre supplémentaire. Cela représente des coûts importants.

Depuis, avez-vous eu des tentatives d’intrusions ? 

Oui, quelques tentatives récemment mais avec les systèmes de caméras thermiques qui équipent désormais l’ensemble des sites, à chaque fois qu’il y a intrusion, l’alarme est automatiquement remontée aux opérateurs. Ces caméras donnent de meilleurs résultats que les barrières périmétriques infrarouges qui sont trop sensibles et créent trop de fausses alarmes.

Comment vous êtes-vous organisés pour déployer les nouveaux équipements ? 

Nous avons décidé de tout sous-traiter auprès de téléopérateurs certifiés Apsad et capables de concevoir, installer, équiper et maintenir les installations sur tout le territoire national. En ayant un interlocuteur unique, cela évite, en cas de problème, que les intervenants se renvoient la responsabilité. Tous les systèmes de protection (caméras, capteurs, radars infrarouges, etc) sont reliés à leur centrale anti-intrusion qui envoie ses alarmes à la station de télésurveillance. En outre, je dispose d’un portail qui me permet de consulter tous les événements qui se sont déroulés, d’avoir des statistiques, etc. C’est très pratique !

Propos recueillis par Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion