dominique-delattre-membre-du-comite-directeur-de-l-arseg

Dominique Delattre Demetz (Arseg) : « Le Flex Office, un prérequis pour développer le travail hybride »

dominique-delattre-membre-du-comite-directeur-de-l-arseg
Dominique Delattre Demetz, membre du comité directeur de l’Arseg.

Avec l’essor du télétravail, bon nombre de collaborateurs ne travaillent plus que deux ou trois jours par semaine au bureau. Ce qui a contribué à généraliser le Flex Office. En quoi cela consiste-t-il et quels avantages en retirent les entreprises ?

Avec ce type d’organisation, les collaborateurs n’ont plus de bureaux attitrés. C’est un prérequis pour développer le travail hybride qui associe présentiel et télétravail. Les entreprises y gagnent car cela leur permet de regrouper sur un même site différents services afin de créer de nouvelles synergies tout en rationalisant les services et en densifiant la population sur les espaces de travail.

Comment éviter de créer un sentiment de frustration chez les collaborateurs qui n’ont plus de bureaux attitrés ?

La mise en place du Flex Office réclame de mettre en place un outil de réservation afin que les collaborateurs soient assurés qu’ils auront le jour J un poste ou plus précisément une position de travail dans l’espace de leur choix. Par ailleurs, le Flex Office réclame de disposer d’une pluralité d’installations. De sorte que les collaborateurs trouvent la position qui corresponde le mieux à leurs habitudes de travail. Ils vont par exemple choisir des espaces collaboratifs s’ils préfèrent travailler en équipe ou près de la fenêtre s’ils préfèrent la lumière naturelle. Enfin disposer d’un outil de réservation, permet à l’entreprise d’anticiper le nombre de collaborateurs qu’elle aura sur son site et de s’organiser en conséquence.

Quel taux de Flex Office (nombre de places disponibles pour 10 personnes) faut-il atteindre pour avoir une organisation optimale ?

Aujourd’hui le taux moyen optimal se situe à 0,7, soit 7 postes de travail pour 10 personnes. Mais il se situe fréquemment au-dessus (soit 0,8 ou 0,9). Le problème, c’est que la conduite du changement est plus lente car les collaborateurs ont tendance à se réapproprier les places et à y laisser leurs affaires. Or, qui dit Flex Office, dit Clean Desk. Chez Saint-Gobain, 20 % des positions sont réglables en hauteur par rapport à la taille du collaborateur, le taux de Flex Office se situe à 0,85. Nous souhaitons le faire évoluer compte tenu du développement du télétravail.

Propos recueillis par Eliane Kan

 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.