Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risque incendie

De nouveaux équipements pour localiser rapidement un incendie dans un bâtiment

Spécialisé dans la gestion d’énergie et la sécurité dans les bâtiments, Eaton annonce le renouvellement de sa gamme Sensea avec quatre nouvelles références.

En cas de départ de feu dans un bâtiment, il est crucial de déterminer rapidement où ce dernier a démarré. Pour identifier et gérer le détecteur incendie qui s’est activé, les responsables de sécurité se servent d’équipements spécifiques de gestion des détecteurs. À cet égard, le spécialiste de la sécurité Eaton vient de dévoiler quatre nouveaux modèles. A savoir deux Équipements de contrôle et de signalisation (ECS) de type A . Ainsi que deux Centralisateurs de mise en sécurité incendie (CMSI) de type B. 

la-gamme-d-ecs-sensea.ec-peut-gerer-jusqu-a-512-points-de-detection.

La gamme d’ECS Sensea.EC peut gérer jusqu’à 512 points de détection. © Eaton

Des ECS pour les grandes structures

En ce qui concerne les ECS, ils consistent à orchestrer les points de détection de départ de feu. « Ils intègrent tous deux un CMSI de Type A, et sont par conséquent adaptés aux Établissements recevant du public (ERP) de taille moyenne qui nécessitent un Système de sécurité incendie (SSI) de catégorie A », précise le fabricant dans un communiqué. Leur particularité ? Leur technologie adressable. Ce qui signifie qu’ils peuvent identifier rapidement un appareil qui a activé son alarme anti-feu. 

La possibilité de gérer jusqu’à 512 points de détection

Ces nouveaux appareils comportent deux nouvelles références. A savoir le Sensea.EC Mini 8 ET/MT (NUG31440) qui permet de gérer 128 points de détection. Ainsi que le Sensea.EC 8ET/MT (NUG31520) qui permet la gestion de 256 points. Avec un dispositif extensible jusqu’à 512 points. 

Le logiciel Dianne pour programmer les ECS

Ensuite, chaque point de détection s’identifie grâce à une adresse spécifique. Lorsque l’un d’entre eux active son alarme, l’adresse du détecteur s’affiche alors immédiatement sur la centrale. Et donc de déterminer où se situe le départ de feu. « Ces nouveaux modèles d’ECS peuvent être configurés grâce au logiciel ouvert Dianne d’Eaton, qui permet de préparer la programmation des ECS sur ordinateur avant de les injecter dans la centrale », indique le fabricant.

les-deux-nouveaux-cmsi-possedent-une-version-pre-equipee-pour-une-installation-rapide.

Les deux nouveaux CMSI possèdent une version pré-équipée pour une installation rapide. © Eaton

Deux nouveaux CMSI

À la différence des ECS, les nouveaux modèles de CMSI s’adressent aux plus petites structures. Lesquelles fonctionnent plus simplement, avec un Système de sécurité incendie (SSI) de Type B. Ils comportent deux nouvelles références. A savoir un  boîtier compact NUG31820 pour une configuration standard. Ainsi qu’un boîtier plus large NUG31830 pour les sites plus complexes. Et qui nécessitent un ajout de cartes supplémentaires comme une carte de boucle de détection ou une carte bornier DS/DL. 

La possibilité d’organiser l’évacuation des personnes présentes

À l’instar des ECS, ils s’avèrent également adressables, pour localiser rapidement un départ de feu. Enfin, les deux CMSI possèdent une version pré-équipée pour une installation rapide. Ils peuvent orchestrer l’évacuation de deux zones d’alarme grâce à une Unité de Gestion d’Alarme (UGA) intégrée.

Ségolène Kahn

Commentez

Participez à la discussion