les-douaniers-sont-plutot-habitues-a-saisir-des-quantities-de-plusieurs-tonnes-dans-des-cargos

Contrefaçon : 9,1 millions de faux produits saisis en 2021

Malgré la pandémie, les ventes de produits contrefaits n’ont pas diminué. Récemment, Olivier Dussopt, ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Comptes publics, et la Direction générale des douanes (DGD) ont annoncé la saisie record de 9,1 millions de faux produits en 2021. Soit une hausse de 62 % en un an seulement. À cet égard, une étude menée par l’Union des Fabricants (Unifab), l’association française de promotion et de défense de la propriété intellectuelle, pointe du doigt les achats en ligne qui compliquent le contrôle des autorités. 

les-cosmetiques-ont-fait)l-objet-de-1-7-millions-de-produits-contrefaits-saisis
En tête des produits les plus contrefaits, les cosmétiques ont fait l’objet de 1,7 million d’articles saisis. © Direction générale des douanes

Les cosmétiques en haut de la liste

En tête des articles falsifiés saisis par les douanes, figurent 1,7 million de produits de soins corporels, suivis de 1,6 million de jeux et jouets ainsi que de 200 000 boissons et denrées alimentaires… Or, comme le rappelle l’Unifab, la plupart de ces produits, lorsqu’ils sont contrefaits, peuvent s’avérer dangereux pour leurs utilisateurs. 

Des consommateurs crédules

D’autant que, comme l’indique une étude de l’Ifop, 37 % des consommateurs arnaqués ne se rendent en réalité pas compte qu’ils ont acquis une contrefaçon. Un chiffre qui grimpe à 43 % chez les 15-24 ans qui pensaient acheter un produit authentique, sans doute par crédulité, estime l’association. 

les-douaniers-sont-plutot-habitues-a-saisir-des-quantities-de-plusieurs-tonnes-dans-des-cargos
Le e-commerce ne facilite le travail des douaniers, plutôt habitués à saisir des quantités de plusieurs tonnes dans des cargos. © Direction générale des douanes

Le e-commerce plus difficile à contrôler

Autre facteur, les achats en ligne se réalisent selon des modes d’acheminement difficiles à surveiller, notamment dans le cas des petits colis. Ce qui rend plus complexe le contrôle des agents douaniers. Il faut dire que ces derniers ont plutôt pour habitude de saisir de grosses quantités de contrefaçons dans des conteneurs de plusieurs tonnes. 

Des achats en ligne difficiles à authentifier

Autre raison, la difficulté à identifier un produit contrefait sur internet, sachant que son prix avoisine souvent celui des vrais articles, avec en plus, une photo authentique. Pour étayer ce fait, l’Unifab a réalisé une étude interrogeant 25 entreprises membres, issues de tous les secteurs d’activités. Résultat, ces dernières ont dû retirer plus de 27 millions d’annonces illicites en ligne en seulement 11 mois. De quoi témoigner de l’intensification des produits contrefaits via le e-commerce, contribuant à l’explosion des saisies en 2021.  

Digital Services Act

En réaction, l’Unifab appelle le gouvernement français, qui préside actuellement le Conseil de l’Union européenne, à muscler sa législation pour contrôler les ventes en ligne. Notamment à travers le Digital Services Act, une directive européenne sur les services numériques actuellement en discussion à la Commission, au Conseil et au Parlement.

Ségolène Kahn


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.