Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Civility, un masque transparent qui laisse percevoir le sourire

Ce masque FFP2 a été conçu pour améliorer la qualité des interactions entre porteurs de masques. De quoi intéresser les entreprises qui craignent une baisse du moral entre leurs salariés...

Devenu élément incontournable du quotidien au travail le masque de protection impose toutefois quelques petits désagréments en entreprise. Notamment lorsqu’il s’agit de la qualité des interactions entre les collaborateurs. Par exemple, il est difficile de présenter un rendu à son manager sans pouvoir d’interpréter sa réaction. Ses traits d’expression demeurant cachés par le masque. Ou alors, de maintenir cohésion et bonne humeur entre les équipes sans voir les sourires de chacun. À cet égard, la start-up  angoumoisine Civility semble avoir eu une idée ingénieuse pour pérenniser cette protection sanitaire : elle a dessiné un masque FFP2 transparent qui permet donc de voir les expressions du visage.

Une coque en plastique recyclable

Concrètement, Civility se présente sous la forme d’une coque transparente en PET-G, un plastique polymère recyclé. De chaque côté se trouvent deux mini cartouches filtrantes à 83%, à la manière d’un masque à gaz. Mais en plus discret. Il faut compter entre 35 et 150 euros pour un modèle, selon la gamme et ses spécificités.

Une collab’ avec Hertus

Pour parvenir à ce résultat, la jeune pousse a bénéficié de l’aide de plusieurs designers étrangers ainsi que d’une quinzaine d’ingénieurs français. À l’origine de cette invention, son fondateur, Pierre Blondon s’est associé à la société d’ingénierie charentaise Hertus pour industrialiser le projet.

Un produit disponible sur Indiegogo

Ensuite, c’est le Laboratoire national d’essais qui s’est chargé des tests pour délivrer la certification FFP2 au prototype. Pour l’heure, la start-up qui a, au départ, entièrement autofinancé le projet, entre dans la phase de pré-commercialisation. Pour cela, elle lance son modèle en pré-commande sur la plateforme de financement participatif Indiegogo.

Ségolène Khan

Commentez

Participez à la discussion