Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Choisir un consultant en substances chimiques : mode d’emploi

Dans le cadre du dispositif européen Reach (enregistrement, évaluation et autorisation des produits chimiques), l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) publie un document qui recommande les points à vérifier préalablement au choix d'un consultant.

L’une des missions de l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) est de faciliter l’accès des entreprises, en particulier des PME, à un niveau suffisant d’information sur les différents aspects de Reach afin de leur permettre de répondre à leurs obligations réglementaires. « Les processus de Reach sont complexes, affirme Sandrine Andrès, responsable de l’unité Expertise en toxicologie et écotoxicologie des substances chimiques à la Direction des risques chroniques de l’Ineris. Les petites et moyennes entreprises nous demandaient depuis plusieurs années des conseils sur le choix d’un consultant pour les assister dans leurs démarches. » 

Par ailleurs, l’Echa, l’agence européenne des produits chimiques, a constaté que la qualité des dossiers d’enregistrement des substances laissaient à désirer. En cause notamment, le manque de compétence de certains consultants qui intervenaient auprès des entreprises. « Il nous est apparu primordial de guider les entreprises sur le marché foisonnant des consultants », ajoute Sandrine Andrès.

Le document de 11 pages, disponible en ligne, rappelle aux dirigeants d’entreprise qu’il est important de mettre en place un travail préparatoire en interne, préalablement au choix d’un consultant, puisqu’il s’agit de confronter les besoins de l’entreprise aux compétences de la personne à embaucher, les connaissances objectives du consultant et le soutien proposé. L’Ineris conseille aussi de s’intéresser à l’infrastructure du conseil. « Mais, pour moi, le critère le plus significatif est l’expérience réussie de la personne dans le domaine de Reach », affirme Sandrine Andrès.

Portrait. « Faire appel à un soutien en externe ou recruter un consultant me paraît nécessaire à ce processus », renchérit Jean-Claude Delgènes. Le directeur de Technologia, un cabinet d’évaluation des risques professionnels, dresse le portrait d’un consultant idéal dans le domaine des substances chimiques : « C’est une personne dotée d’une capacité analytique, capable donc d’entrer dans les détails. Mais sa capacité d’analyse se doit d’être synthétique. Il est à l’écoute du dirigeant d’entreprise et capable de pédagogie. Il a aussi l’esprit du concret et est réactif. Enfin, il a une connaissance concrète de situations réelles concernant les processus. Une accréditation ISO ou certification incendie est un plus. » 

Le risque à embaucher une mauvaise personne ? « C’est de se retrouver avec des dossiers d’enregistrement de piètre qualité, répond Sandrine Andrès. Et, de se voir signifier une potentielle suspension de mise sur le marché. Au final, le coût global peut se révéler plus élevé. » Et le pire d’être toujours possible ! « Si un accident est dû à une procédure non respectée, ajoute Jean-Claude Delgènes, c’est le dirigeant de l’entreprise qui endosse la responsabilité de l’incompétence de son consultant. »

Caroline Albenois

Commentez

Participez à la discussion