Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

CES 2016 : les tendances en sécurité

Le grand rendez-vous mondial de l'innovation électronique vient d'ouvrir ses portes à Las Vegas dans le Nevada (États-Unis). L'occasion de célébrer la France en tant que second pays participant, derrière les États-Unis, en termes d'exposants. De l'Internet des objets à la réalité virtuelle en passant par la domotique, la sécurité connectée prend plusieurs visages.

Domotique, santé, réalité virtuelle, Internet des objets, automobile connectée… le Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas est la caisse de résonance la plus médiatique dans le monde en matière d’innovation électronique. « Internet des objets (IoT), applications mobiles, TV, téléphone, domotique… toutes ces technologies convergent à présent. Résultat, la voiture, la maison, les équipements électroménagers. Tout devient connecté, explique Benoît Lavigne, délégué général d’Ignes (Industries du génie numérique, énergétique et sécuritaire) qui a fait le déplacement au CES 2016 avec une quarantaine de ses adhérents spécialistes de la maison connectée. En fait, les entreprises viennent découvrir les nouveaux usages qu’elles pourront tirer des technologies et nouer des partenariats afin d’améliorer leurs produits et accroître ainsi leurs ventes. »

France : 2ème pays le plus représenté. De fait, pas moins de 190 sociétés tricolores et start-up exposent à l’édition 2016 du CES. Ce qui place la France au second rang, derrière les États-Unis, en ce qui concerne le nombre d’exposants ! Saluons, au passage, les efforts accomplis par Business France, l’Agence nationale pour l’internationalisation de l’économie française, qui, depuis 3 ans, organise le  »French Tech Pavilion », stand officiel sur le CES avec le soutien de BNP Paribas, Orange, OVH et l’INPI. L’agence fédère ainsi 35 start-up dont 3D Sound Labs, 10 Vins, Air Serenity, Bell&Wyson, Blue Frog Robotics, Bixi, C-Way, Design Screen, Drust, Enerbee, Feet Me, XYT by France Craft, Immersit, L-See, Oliba, Phonotonic, Prizm, Qarnot Computing, Romy Paris, Sensorwake, Seven Hugs et wezzoo. De même, des pôles de compétitivité comme Cap Digital, System@tic, Mov’eo, Véhicule du futur, ID4Car et LUTB Transport & Mobility Systems,SCS… ont accompli un travail de fond en amont pour hisser les start-up tricolores à un haut niveau technologique et marketing. Citons ainsi Arkamys, Beewi, Belty, D-Vine, Kolibree, Lima, Netatmo, Oliba, Parrot, Slow Control, Videostitch ou Withings.
« Les sociétés françaises ont bénéficié de Parrot et Withings qui ont joué le rôle de navire amiral, poursuit Benoît Lavigne. Ce que nos industriels veulent, c’est répondre à la demande de leurs clients grand public. A savoir offrir la même interface dans la voiture et la maison que sur le mobile. Et c’est ici que cela se passe. » Les fournisseurs des technologies transversales se frottent les mains. A commencer par les fournisseurs de systèmes d’exploitation (OS) comme Google avec Android, ou de puces électroniques comme Intel ou Qualcomm. A cet égard, ce dernier travaille avec Legrand et La Poste (qui a créé une filiale de services domestiques à la personne) dans le cadre de la maison intelligente. « L’objectif, c’est de trouver, parmi les technologies émergentes, celles qui seront pérennes », fait valoir Benoît Lavigne.

Vigilance du conducteur. Parmi les innovations, la start-up Innov +, basée à Orsay (Essonne), lance Toucango, un boîtier qui, pour maintenir la vigilance des conducteurs, détecte en temps réel les signes de fatigue et d’inattention au volant.
Pas plus gros qu’un GPS, ce boîtier embarque une caméra qui filme à 100 images par seconde et sur une longueur d’onde proche de l’infrarouge.
De quoi scruter le visage du conducteur même la nuit ou même lorsqu’il porte des lunettes de soleil. Par ailleurs, Toucango dispose d’un système de reconnaissance faciale capable d’isoler 57 points de contrôle du visage.
Dès que le logiciel constate que le regard ne fixe plus la route une alerte visuelle, sonore voire vibrante via un bracelet connecté, se déclenche.

Retrouver un objet égaré. Pour la 2ème année consécutive, Wistiki, start-up créée il y a deux ans, présente 3 nouveaux trackers bluetooth dessinés par Philippe Starck en personne !
Des produits 100% made in France qui permettent de retrouver un objet (trousseau de clés, portefeuille, porte-monnaie) ou un animal égarés grâce à son smartphone.
Ces objets sont d’ores et déjà disponibles en précommande sur le site de crowdfunding Mymajorcompany.com.

Avec Wistiki, facile de retrouver
ce qu'on a égaré. © Wistiki
Avec Wistiki, facile de retrouver
ce qu’on a égaré. © Wistiki

Télésurveillance et assistance à la demande. Pour sa part, Myfox présente sa nouvelle offre de services associée à sa gamme de produits de sécurité (Myfox Home Alarm et Myfox Security Camera).
En gros, il s’agit d’une télésurveillance à la demande, disponible 24/24 heures et 7/7 jours ainsi qu’un service d’assistance et d’intervention d’urgence.

Originalité, outre les partenariats avec des opérateurs de surveillance, Myfox laisse aussi aux familles ou aux TPE le choix soit de s’appuyer sur leur communauté de confiance (famille, amis, collègues…) soit de faire appel à des professionnels de la sécurité.
Ce qui laisse la possibilité de passer, sans engagement, de l’une à l’autre de ces formules.

Caméra de détection d’intrusion. De son côté, Netatmo, spécialiste des objets connectés pour la maison, dévoile  »Presence », la caméra de sécurité capable de détecter et signaler les personnes, les voitures et les animaux.
Installée à l’extérieur, celle-ci analyse en temps réel si un individu s’approche de l’habitation, si une voiture pénètre dans l’allée ou si un chien se promène dans le jardin.
 »Presence » recourt à un algorithme d’intelligence artificielle qui l’aide à comprendre ce qu’elle voit et à notifier l’utilisateur lorsqu’un événement inopportun se produit. La start-up française profite également du CES pour présenter une caméra d’intérieur.

Cette caméra embarque une intelligence
artificielle. © Netatmo
Cette caméra embarque une intelligence
artificielle. © Netatmo

Verrouiller son ordinateur sans rien faire. Enfin le français Gablys innove avec Lockit, un système qui protège l’accès à votre ordinateur en le verrouillant et déverrouillant automatiquement dès que vous vous en éloignez ou rapprochez.
Ce cadenas connecté utilise la technologie Bluetooth 4 disponible aujourd’hui sur tous les ordinateurs du marché. Par ailleurs, Lockit améliore la sécurité lors des échanges de communication en intégrant un système de « Challenge » (échange d’une clé unique entre l’ordinateur et le Gablys Lockit) qui interdit toute reproduction du cadenas et contrecarre ainsi les attaques de type « Man in the Middle » (interception des communications entre deux parties).
De plus, l’application associée au cadenas intègre un système de détection d’intrusion qui prend en photo l’intrus et en informe directement l’utilisateur par une notification sur sa messagerie.

Réalité virtuelle. A côté des start-up françaises, on s’en doute, bien des sociétés étrangères exposent également des innovations intéressantes.
Notamment en ce qui concerne les casques de réalité virtuelle qui seront bien utiles aux techniciens de maintenance ou pour simuler l’utilisation de machines dangereuses.
Signalons ainsi Facebook et son casque de réalité virtuelle Oculus Rift (dont les pré-commandes sont annoncées pour aujourd’hui), Samsung et son Gear VR, Sony avec son futur Playstation VR ou encore Microsoft et son Hololens.

Erick Haehnsen

Les casques de réalité virtuelle devraient
se multiplier pour offrir de nouveaux usages.
© Facebook
Les casques de réalité virtuelle devraient
se multiplier pour offrir de nouveaux usages.
© Facebook

Commentez

Participez à la discussion