Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Cerib : un outil pour tester la propagation des incendies par les façades

Le local d’expérimentation de propagation verticale du feu (Lepir II) vient d’être testé au Centre d’essais au feu du Centre d’études et de recherches de l’industrie du béton (Cerib) à Epernon (28). Un essai qui a validé la construction de ce banc de test grandeur nature visant à évaluer le comportement au feu des solutions constructives de façade.

Deux foyers constitués par des bûchers de bois de 300 kgs chacun. C’est le premier test qu’a dû subir la nouvelle installation Lepir II, un local à trois niveaux. Plusieurs critères de performance sont observés pour ce type d’essais. « Pendant les 30 premières minutes d’essai, nous vérifions que le feu n’atteigne pas le troisième niveau, le foyer étant situé au premier niveau, explique Fabienne Robert, responsable adjointe du Centre d’essai au feu du Centre d’études et de recherches de l’industrie du béton (Cerib) à Epernon (28). Nous veillons aussi à ce que les flammes ne se propagent pas de façon latérale sur toute la façade. Il s’agit également de vérifier l’absence de passage de flammes ou de gaz chauds par la jonction façade/plancher. Enfin, pour les Etics, c’est-à-dire les isolations thermiques par l’extérieur, aucun percement de la peau externe ne doit avoir lieu au-dessus de 5,2 m à 60 minutes d’essai. »
Le bâtiment vise à tester plusieurs types de systèmes constructifs de façades, vis-à-vis du risque incendie. Les essais sont encadrés par l’arrêté du 10 septembre 1970, complété par un protocole validé en juin 2013 par le Comité d’études et de classification des matériaux et éléments de construction par rapport au danger d’incendie (Cecmi).
« L’Instruction technique 249 (IT 249) est le texte qui définit plusieurs types de solutions constructives, précise Fabienne Robert. D’ici à mi-2016, toutes doivent être testées dans une installation comme la notre. » Certains groupements professionnels s’associent pour faire valider des solutions génériques qui seront inscrites dans le texte réglementaire. « Les industriels testent également leurs systèmes pour obtenir une appréciation de laboratoire, visant à garantir que les objectifs de l’IT 249 sont atteints », poursuit la responsable adjointe du Centre d’essais au feu du Cerib.

Caroline Albenois

Commentez

Participez à la discussion