Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Biométrie | « La reconnaissance de l’iris est très fiable »

Interview de Nicolas Buono, directeur des Opérations chez Telecity Group, un opérateur de bâtiments sécurisés pour l’hébergement d’ordinateurs.

Info.expoprotection : Quelles technologies sécurisent vos accès ?

Nicolas Buono : « En 2004, nous avons adopté la reconnaissance biométrique de l’iris de chez Panasonic qui a joué le rôle d’intégrateur. Cette technologie est extrêmement fiable en termes de résultat. La probabilité de rejet ou de fausse acceptation est proche de zéro. »

 

Info.expoprotection : Pourquoi un tel degré d’exigence de fiabilité ?

Nicolas Buono : « Nous hébergeons le cœur des systèmes d’information d’entreprises comme Pierre & Vacances, Crédit Agricole-Cheuvreux ou Médiamétrie. Aucun individu ne doit s’introduire s’il n’en a pas les droits. Qui plus est, nos clients et leurs prestataires doivent avoir la possibilité d’intervenir chez nous à n’importe quelle heure n’importe quel jour. D’où l’importance de garantir l’identité des intervenants sur les serveurs. Le système de badge ne suffit pas, car une personne mal intentionnée peut prendre celui de quelqu’un d’autre… L’empreinte digitale non plus, car il existe des similitudes chez les jumeaux. La reconnaissance de l’iris nous convient car il ne peut pas y avoir deux iris identiques. »

 

Info.expoprotection : Suffit-elle ?

Nicolas Buono : « Non. Nous utilisons aussi le système de badge en entrée. De plus, nous avons installé des sas cylindriques comme dans les banques pour accéder à nos trois sites parisiens. L’iris vient en plus. Le badge permet de présumer de l’identité de la personne que nous isolons dans le sas à unicité de passage. Dans le cylindre, nous utilisons deux technologies complémentaires : la détection volumétrique par ultrasons et la stéréovision. Cela ne prend que dix secondes. Le plus lent, c’est l’ouverture et la fermeture de la porte ! »

 

Info.expoprotection : Combien coûte la biométrie ?

Nicolas Buono : « Étonnamment, c’est très raisonnable : un lecteur coûte 2 500 euros – auxquels il faut ajouter le prix du serveur. De plus, c’est aussi simple à installer qu’un lecteur de badges et plus hygiénique car il n’y a pas de contact. Pour sortir, nous utilisons la même procédure mais sans la biométrie. En revanche, nous recourons à la détection de masses métalliques comme dans les aéroports afin de filtrer les équipements sortant du site. »

Commentez

Participez à la discussion