Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risque incendie

Le pôle Risque phosphore sur un casque à vision nocturne pour lutter contre les feux de forêt

L'organisme a initié un projet collaboratif qui vise à réaliser un casque de pilote d'hélicoptère à vision nocturne et affichage tête haute. Trois PME, deux laboratoires de recherche ainsi que le SDIS de la Haute-Corse y participent.

La lutte contre les feux de forêt pourrait gagner en efficacité avec des opérations aériennes menées durant la nuit. La fraîcheur de la température et la montée de l’humidité seconderaient favorablement le largage d’eau opéré depuis des hélicoptères ou des avions bombardiers d’eau. Malheureusement, un interdit réglementaire empêche ce type d’opérations après 16 heures pour des problèmes de visibilité. Une interdiction que pourrait contribuer à lever le projet  »Extrem Owl HMSD (Helmet Mounted Sight & Display) ». 

Initié par le pôle Risques, ce sujet de recherche collaborative porte sur la réalisation d’un casque de réalité augmentée équipé de deux caméras ultra-sensibles de vision de nuit. Avant d’être projetées sur la visière, les images vidéo seront retraitées par des algorithmes délivrés par les chercheurs travaillant au sein d’Extrem Owl. Ce projet collaboratif démarré en janvier dernier réunit 6 partenaires dont l’Institut de recherche biomédicale des armées (Irba) et le Laboratoire de psychologie et neurocognition (LPNC) de Grenoble. A ces laboratoires sont associés un utilisateur, en l’occurrence le Service départemental d’incendie et de secours de Haute-Corse (SDIS2B) ainsi que trois PME. A savoir, Elno, le fournisseur du casque, Savimex pour la visière et Nexvision, un bureau d’études marseillais qui conduit le projet pour une durée de 30 mois. « Son coût global est estimé à 2,7 millions d’euros financés à 45% par l’Etat et une partie par les collectivités locales et les entreprises », indique Sylvie Baibourdian, la responsable administrative et financière de Nexvision qui regroupe 34 collaborateurs.

Au terme de sa réalisation, le casque servira pour la première fois à mener durant la nuit des opérations aériennes de largage d’eau contre les feux de forêt. Et ce, avec les mêmes paramètres de vol que ceux de jour. Le pilote d’hélicoptère aura un confort de vue jamais atteint pour des jumelles de vision nocturne intensifiées (JVN) grâce à un champ de vision très large ainsi que des images en couleur et haute résolution. 

Ce casque de vision nocturne et affichage tête haute est susceptible d’intéresser d’autres applications. Entre autres, il pourrait contribuer à des besoins de la sécurité comme la surveillance des frontières, la lutte anti-terrorisme, les travaux aériens (éolien, off-shore…) ou encore le transport de marchandises. A plus long terme, ce projet pourrait être proposé au marché militaire, tant dans le domaine aérien que dans le domaine terrestre ou marin.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion