Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Biarritz sous haute surveillance à l’occasion du G7

Pour éviter les débordements et les risques de violence liés à ce sommet international, un important dispositif de gendarmes et de policiers a été déployé sur la ville balnéaire basque.

Prévention des risques de terrorisme oblige, les vacanciers vont être privés de baignade sur la grande plage de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), la commune du Pays basque où se tiendra le prochain sommet du G7. Cet événement qui aura lieu du samedi 24 au lundi 26 août va rassembler les sept plus grandes puissances économiques du monde (en dehors de la Chine et de l’Inde). En l’occurrence l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon et le Royaume-Uni. La Russie en est exclue du fait de son annexion de la Crimée en 2014. A l’occasion de ce sommet, Biarritz va être transformée en Bunker. L’hyper-centre ville se verra doté d’un dispositif de sécurisation matérialisé par deux zones de protection. Pour y accéder, les habitants et commerçants devront montrer leurs badges nominatifs. La gare SNCF sera fermée ainsi que celles de Bayonne, Guéthary, Boucau et Deux-Jumraux du vendredi 23 au lundi 26 août jusqu’à 16h.

13 200 policiers et gendarmes

Pour assurer le bon déroulement du G7 dont le programme concerne la lutte contre les inégalités, la préservation de l’environnement et la coopération dans la lutte contre le risque terroriste, d’importantes forces de l’ordre ont été mobilisées avec13 200 policiers et gendarmes. « Ils seront épaulés par les forces militaires qui assureront des missions de contre-terrorisme et de protection de nos abords aériens et maritimes », indiquait lors d’une conférence de presse mardi 20 août Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur en présentant le dispositif de sécurité qui va être déployé. Les policiers et gendarmes seront aussi appuyés par les forces de l’ordre côté espagnol. Les secours et professionnels de santé seront aussi mobilisés. Plus de 400 sapeurs pompiers et treize équipes de service d’urgence et de réanimation y seront engagés ainsi que de nombreuses associations de sécurité civile.

Un contre-sommet du G7 à Hendaye et Irun

L’ampleur de ce dispositif tient compte des risques liés à la présence d’individus violents susceptibles de provoquer des débordements, notamment lors du contre-sommet du G7 qui se tient depuis lundi 19 août à Hendaye et à Irun (Espagne) jusqu’au 26 août. Réunissant des altermondialistes écologistes, partis de gauche et gilets jaunes, les discussions et ateliers portent notamment sur le capitalisme, le climat, l’environnement et la lutte contre les guerres. Point d’orgue à ce contre-sommet, la manifestation de samedi 24 août devraient rassembler près de 12 000 personnes à Hendaye.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion