Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Métiers de la sécurité :
Le directeur sécurité-sûreté s’affirme comme créateur de valeur

Face aux menaces qui ne cessent d’évoluer, le DSS adapte ses méthodes d’analyse. Il conçoit et déploie les dispositifs de prévention et de protection contre les risques. Associé aux décisions stratégiques, il accompagne et protège les conditions du développement économique.

paul-antoine-ottavi-est-directeur-de-la-sureté-a-l-hotel-mariott-du-boulevard-saint-jacques-a-paris.

Paul-Antoine est directeur de la sûreté à l’Hôtel Mariott du boulevard Saint-Jacques à Paris. © D.R.

Terrorisme, malveillance, espionnage industriel, conflits géopolitiques, atteintes à la réputation, sabotage, cybermenace, risques juridiques et pénaux, pandémies… Avérés ou potentiels, les risques, les menaces et leurs interdépendances qui pèsent sur les entreprises se diversifient et se complexifient. Tel est le quotidien des directeurs de la sécurité et de la sûreté (DSS). Une chose est sûre : le DSS effectue une veille et une analyse constantes. Il conçoit, définit et met en œuvre non seulement la politique de sécurité-sûreté. Mais aussi les mesures de prévention et de protection nécessaires ainsi que le contrôle de leur application. Surtout, il anticipe les crises qui ne manqueront pas de survenir et qu’il faudra gérer. Objectif : renforcer la résilience et la performance de l’entreprise tout en étant force de proposition de valeur.

Une menace qui évolue sans cesse

Directeur de la sûreté à l’Hôtel Mariott du boulevard Saint-Jacques à Paris, Paul-Antoine Ottavi le reconnaît : « Dans l’hôtellerie, il y a la malveillance directement liée à l’hôtel. Par exemple, des gens qui volent des TV ou des serviettes de bain… Par ailleurs, certaines personnes peuvent aussi se servir de leur chambre pour mener des activités de prostitution… Ensuite, il faut tenir compte des vols liés aux clients. Ainsi que des menaces de vol liées à l’environnement de l’hôtel. Notamment lorsqu’une cliente se fait voler son sac à 200 m de l’hôtel. Nous n’y sommes pour rien. Mais l’établissement peut écoper d’une mauvaise note sur TripAdvisor ! » Il ajoute : « Les manifestations dues à différentes réformes politiques, Gilets jaunes, Black Blocs, coronavirus…. La menace ne cesse d’évoluer. »

Un nouveau référentiel des métiers de la sécurité-sûreté Corporate

Comment, au fil du temps, la fonction de DSS a-t-elle évolué dans ses compétences et missions ? C’est la question à laquelle tente de répondre le CDSE (1). Ce club nous éclaire avec son « Référentiel des métiers de la sécurité-sûreté en entreprise » publié début 2019. Un tour de force ! Notamment lorsqu’on sait que cette fonction revêt des organisations et des enjeux diversifiés qui relèvent de plusieurs facteurs de variabilité. Premier du genre, au moins en France, ce référentiel fait ressortir deux grandes catégories de DDS et propose douze fiches métiers.

fabienne-louvet-cdse-le-dssc-se-place-dans-une-posture-d’anticipation-de-protection-et-de-creation-de-valeur-le-tout-dans-un-cadre-reglementaire-et-ethique.

Fabienne Louvet (CDSE) : « Le DSSC se place dans une posture d’anticipation, de protection et de création de valeur. Le tout dans un cadre réglementaire et éthique. » © Renault

Anticipation, protection et création de valeur

Citons d’abord le directeur sécurité-sûreté Coporate (DSSC). « Son rôle, c’est de piloter la sécurité globale de l’entreprise, c’est-à-dire celle des personnes. Ainsi que de son patrimoine matériel et immatériel », explique Fabienne Louvet, présidente de la commission Carrières/Emploi/Formation du CDSE. Ce qui, à partir de menaces anticipées, revient à analyser les risques. Notamment leur probabilité d’occurrence, la qualification et la quantification de leurs impacts. Et ce, afin d’apporter des éléments pertinents dans les prises de décisions. « Le DSSC se place dans une posture d’anticipation, de protection et de création de valeurs. Le tout dans un cadre réglementaire et éthique », ajoute Fabienne Louvet.

Favoriser les conditions du développement économique

De son côté, le DSS d’une entité (pays, département, site, etc.) est le relai opérationnel du DSSC. Et ce, dans le respect des réglementations locales, de la charte éthique ainsi que du référentiel de sécurité-sûreté de l’entreprise. « C’est le bras armé de la fonction DSS Corporate », reprend présidente de la commission Carrières/Emploi/Formation du CDSE. Dans tous les cas, « le DSS est créateur de valeur. Car il accompagne et protège les conditions du développement économique de l’entreprise », souligne Fabienne Louvet.

Un rôle croissant de Business Partner

De plus en plus jugée comme stratégique, la fonction de DSSC remonte l’échelle de création de valeurs. Cette fonction passe de la protection en tant que réponse aux exigences réglementaires à un rôle de conseil et d’expert. Normal : après avoir anticipé les risques et menaces, le DSSC conçoit, déploie et évalue les dispositifs à mettre en place. Le tout dans un contexte d’intensification des menaces. « Comme Le DSSC accompagne la stratégie de l’entreprise, il devient un véritable business partner », résume Fabienne Louvet. D’ailleurs, à l’instar des directeurs marketing, ventes ou production, certains ont leurs propres indicateurs de la performance (PKI). « Je me les suis fait tout seul. J’ai répertorié tous les incidents sur un an. Ensuite, je prends en compte les actions que j’ai mises en place pour y remédier. Puis je mesure les différences par rapport à l’année précédente », reprend Paul-Antoine Ottavi.

arnaud-rogiez-le-chesnay-rocquencourt-les partenariats-se-renforcent-sous-forme-de-laboratoires-pour-mener-des-tests.

Arnaud Rogiez (Le Chesnay-Rocquencourt) : « Les partenariats se renforcent sous forme de laboratoires pour mener des tests. » © Le Chesnay-Rocquencourt

Une fonction transverse

A ce titre, 75 % des DSSC sont rattachés à la direction générale, au secrétariat général ou au Comex. Bref, à chaque grande décision stratégique, il doit éclairer la DG en se positionnant au bon endroit. Bien sûr, cela présuppose que le DSSC ait une très grande connaissance de l’entreprise. Ses métiers, ses marchés, ses clients, ses interlocuteurs et son fonctionnement ne doivent plus avoir aucun secret pour lui. « Par essence, sa fonction est transverse. Il dialogue avec les directions supports (DRH, DSI, juridique…) et opérationnelles (marketing, ventes, achats, production…). Ainsi qu’avec les différentes entités de l’entreprise. Et, à l’extérieur, avec différents partenaires et instituions », poursuit Fabienne Louvet.

Huit domaines d’expertise

À cet égard, le DSS recourt, aussi bien en interne qu’en externe, à des experts de plus en plus pointus. Dans cette optique le CDSE identifie huit de ces expertises :

  • la gestion de crise et la continuité d’activité
  • les déplacements professionnels et les mobilités internationales
  • l’intelligence-sécurité économique
  • la protection de l’information
  • la sécurité des systèmes d’information
  • la sécurité des événements
  • la lutte contre la fraude
  • la protection des actifs matériels
le-csu-du-chesnay-rocquencourt-est-une-des-pieces-maitresses-de-la-safe-&-smart-city

Le CSU du Chesnay-Rocquencourt est une des pièces maîtresses de la Safe & Smart City.
© Le Chesnay-Rocquencourt

Coconstruire la sécurité-sûreté

La transversalité du DSS présuppose qu’il soit associé aux décisions et au fonctionnement de l’entreprise. L’avantage de l’organisation qui en résulte, c’est de pouvoir coconstruire les processus de sécurité avec les métiers, entités ou partenaires. En témoigne Arnaud Rogiez, DSS à la municipalité du Chesnay-Rocquencourt (78) : « Notre CSU (2) fonctionne avec l’hyperviseur de Genetec qui, désormais, développe des relations directes avec ses utilisateurs finaux. Avec cet éditeur et Eyrima, l’intégrateur, les partenariats se renforcent sous forme de laboratoires pour mener des tests. C’est ainsi que nous avons fait évoluer notre CSU. Aujourd’hui, celui-ci s’intègre à une vision globale de la Smart & Safe City. »

Vers la ville intelligente

De fait, les 220 caméras, les infrastructures d’éclairage, les bâtiments intelligents, l’analyse d’image… Tout converge vers le CSU. « Nous avons un grand nombre de fiches de processus de sécurité. Cela facilite la vie des opérateurs pour éviter les erreurs humaines et optimiser les modes d’intervention, confie Arnaud Rogiez. Si un soir de Noël à 23h30 un autocar se renverse. En 15 minutes, nous pouvons improviser un hébergement d’urgence dans un gymnase. Le DSS n’est plus la personne dont on se méfie. C’est un partenaire de la ville intelligente. »

Erick Haehnsen

(1) Club des directeurs de la sécurité des entreprises

(2) Centre de surveillance urbaine

1 commentaire

Participez à la discussion

  1. Loddo

    - il y a 2 moiss

    Le domaine d’expertise « Ingénierie de Process et de Projet » fait défaut.

    En outre, il faut souligner que le Directeur de la Sûreté-Sécurité (Chief Security Officer) – créateur de valeurs – est un des acteurs clés de la stratégie d’entreprise ayant la capacité de garantir, non à lui seul, les intérêts industriels, la profitabilité financière et la continuité des affaires de cette dernière dans un environnement souvent exigeant et parfois, au combien, contraignant dans le cadre de projets à l’international où son action peut être décisive en termes d’analyses des risques en phase commerciale / Sales & Proposals et d’avancement de travaux (Work Progress) en phase d’ingénierie de projet EPC complexe.

    Partager