Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Sûreté et sécurité

Utiliser la voix pour s'authentifier

La technologie biométrique de la start-up française Whispeak sert à piloter à la voix l'ouverture d'une porte ou le déverrouillage d'un smartphone. Cette solution conforme à la CNIL permet aussi de s'authentifier rapidement et sûrement auprès d'un centre d'appel.

Utiliser sa voix pour déverrouiller une porte ou un smartphone, accéder à des applications ou encore s’authentifier sur un centre d’appel ou une session d’e-learning… autant d’applications proposées par la solution de biométrie vocale du français Whispeak. Créée il y a moins d’un an, cette startup lilloise regroupe sept collaborateurs dont cinq ingénieurs et deux docteurs.

une-fois-enrole-le-locuteur-utilisera-sa-voix-pour-piloter-ses-applications-ou-ses-appareils-numeriques

Une fois enrôlé, le locuteur pourra piloter à la voix ses applications ou ses appareils numériques. © Whispeak

Un sésame biométrique

Pendant deux ans, l’équipe s’est attelée à développer un sésame biométrique qui utilise la voix comme moyen d’authentification sûr et rapide. Quelques secondes suffisent pour s’enrôler. Les caractéristiques extraites de l’échantillon vocal sont alors stockées dans une signature vocale cryptée et signée qui ne fonctionne que sur les serveurs de Whispeak. De quoi empêcher d’éventuels pirates de remonter jusqu’au locuteur ou d’utiliser sa signature sans son consentement.

Solution conforme à la CNIL

Grâce à cette sécurisation, la signature peut être positionnée indifféremment sur un smartphone ou dans une base centralisée, car elle reste sous le contrôle du locuteur, conformément aux recommandations de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Pour s’authentifier, l’utilisateur devra parler quelques secondes de sorte que le système compare sa voix à la signature vocale qu’il détient. Au plan technique, la solution de Whispeak est une API disponible en mode SaaS. « Elle contient des moteurs de reconnaissance du locuteur basés sur de l’intelligence artificielle », résume Jean-François Kleinfinger, PDG de Whispeak. Sa solution contient également une plate-forme technique d’exécution capable de tenir la charge au fur et à mesure que grandit le nombre d’utilisateurs.

1,2 million d’euros déjà levés

« Nous disposons aussi d’une interface d’administration qui sert à configurer simplement les applications vocales et à les piloter », poursuit le dirigeant de la startup. Soutenu par Alacrité, le startup studio lillois, il a pu lever 1,2 million d’euros pour développer son offre. « Nous sommes en train de déployer notre solution chez nos premiers clients dont font partie des centres d’appels. Par ailleurs, une mission est en cours auprès du ministère de l’Intérieur », rapporte Jean-François Kleinfinger.

Gain de temps

Ce dernier prévoit de déployer une dizaine de solutions dans l’année. Ce qui représentera une centaine de milliers de locuteurs par mois. Et ce principalement dans des centres d’appels. L’enjeu étant, pour les utilisateurs, de gagner du temps en éliminant la phase d’authentification des appels de clients entrants.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion