Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Risques industriels et environnementaux

Un grossiste en informatique surveille ses stocks grâce à D-Link

Banque Magnétique, grossiste spécialiste des périphériques informatiques et multimédia, a décidé de faire confiance aux solutions de vidéosurveillance de D-Link pour assurer la sécurité de son entrepôt au quotidien.

Depuis son déménagement, fin 2009, le grossiste spécialisé dans la grande distribution compte plus de 140 salariés et un dépôt de 16 000 m². Son activité, impliquant le stockage de nombreux produits de valeur, impose la mise en place d’un système de vidéosurveillance efficace. L’enjeu de ce projet est de sécuriser en continue les accès ouvrants de l’entreprise par l’intermédiaire de prises d’images de qualités suffisantes pour permettre leur exploitation en cas d’incident.

Début 2009, l’entreprise a donc opté pour le déploiement d’un système de vidéosurveillance afin de protéger ses nouveaux locaux ainsi que tous les produits de valeurs qui y sont stockés.

Le choix des solutions D-Link :
simples et performantes

Face à cette problématique, le responsable des Services généraux et de la Sécurité au sein de Banque Magnétique a eu totale liberté dans le choix de son prestataire. Après avoir testé le matériel DLink, il a retenu les solutions les plus appropriées à sa problématique. A ce poste depuis dix ans, il cherchait des caméras à zoom optique qui, à défaut des zooms numériques, ne déforment pas les pixels et permettent une meilleure qualité d’image. Les caméras de D-Link combinant ces différentes fonctionnalités, tout en proposant des alternatives technologiques (zoom numérique intégré au zoom optique, transmission de l’image par Wi-Fi ou par réseau filaire…), se sont imposées comme la solution la plus efficace.

Une mise en place rapide et évolutive

La mise en place de ce nouveau système de surveillance a donc été planifiée dès le mois d’avril 2009, en amont de l’emménagement de l’entreprise dans ses nouveaux locaux. Il a fallu, dans un premier temps, analyser les besoins en déterminant les points stratégiques qu’il fallait sécuriser, tout en conservant en mémoire les limites qu’impose la loi sur le déploiement d’un tel dispositif (personnel travaillant dans l’entreprise, visites des personnels extérieurs et présence de personnels à titre temporaire).

La zone de surveillance couverte a, ensuite, évolué au cours des mois, lorsque des zones d’ombres ont été identifiées, une fois que l’entreprise eut pris possession pleinement de sa nouvelle infrastructure.

La mise en place des premières caméras a donc débuté à la fin de l’année 2009, avec une première phase de déploiement comptant une douzaine de points de surveillance protégeant les parties les plus sensibles du dépôt. La dernière caméra du dispositif a été installée au mois de mars 2011, assurant ainsi une couverture totale de l’ensemble des points ouvrants de l’entreprise.

L’installation du matériel a été tout aussi simple : les réseaux de câbles et les réseaux électriques ont été installés, pour une grande partie, par des professionnels. Quant aux caméras, qui « peuvent être mises en place par n’importe qui en moins d’un quart d’heure », elles ont été installées par le responsable des Services généraux et de la Sécurité en personne.


« La simplicité de manipulation des caméras et la souplesse de l’interface facilitent la mise en œuvre des produits. En effet, l’interface reconnaît et intègre automatiquement chaque nouvelle caméra mise en place sur le réseau », explique le responsable des Services généraux et de la Sécurité au sein de Banque Magnétique.

Enfin, cette installation s’est faite en totale conformité avec la législation en vigueur puisque celle-ci a fait l’objet d’une déclaration auprès de la CNIL. De plus, le personnel de Banque Magnétique a été informé via une communication interne spécifique doublé de la présence d’une signalétique mise en place au sein des locaux de l’entreprise.

Un outil de protection et non d’espionnage

Un des avantages non négligeable de l’interface des caméras D-Link déployées réside dans le fait qu’elle propose un enregistrement par caméra sans limite de temps, dès lors qu’une capacité de stockage importante est installée. Cependant soixante-douze heures sont largement suffisantes.

N’importe quel incident peut donc très vite être identifié par le personnel habilité au sein de l’entreprise et le directeur général, et ce, pendant et en dehors des heures d’activités (24 heures sur 24). Un accès full Web facilite la surveillance, puisqu’il permet de se connecter au système où que l’on soit dès lors que le télésurveilleur nous informe d’un incident et que l’on possède une liaison VPN sécurisée. « Cette installation nous sert donc d’outil de prévention dans le cadre d’une intrusion ou d’une malversation, qui peut se passer à l’intérieur de l’entrepôt, voire la nuit quand il y a un problème, pour une levée de doute », ajoute le responsable.

Il faut noter que le système mis en place a permis d’élucider des incidents survenus au sein de la zone logistique et, par conséquent, d’améliorer significativement la sécurité « active » et « passive » de l’entreprise en raison de sa facilité d’évolution.


« Il est important pour une entreprise d’être en conformité avec la loi. La vidéosurveillance reste donc, dans tous les cas, un moyen pour acter des malversations ou des incidents qui pourraient se produire et non pas un outil de surveillance des personnels d’une entreprise. C’est pourquoi, il est essentiel d’identifier les différents besoins stratégiques avant de déployer un dispositif en adéquation avec les zones à risques », conclut le responsable des Services généraux et de la Sécurité.

D-Link

D-Link est un des fournisseurs mondiaux d’infrastructures réseau. Depuis près de vingt-cinq ans, D-Link conçoit, développe et construit des solutions de connectivité, de communication sans fil, de stockage, de sécurité et de surveillance IP. D-Link fournit sa gamme de produits de connectivité aux entreprises et aux particuliers par l’intermédiaire de son réseau mondial de partenaires, revendeurs et prestataires de services.

Commentez

Participez à la discussion