Gérer les risques
Aujourd'hui et demain

Santé et qualité de vie au travail

Un Dati intégré dans un EPI haute visibilité

Le français T2S innove en embarquant dans des vestes, parkas et brassards un dispositif alerte travailleur isolé. Baptisé Dati Plus, il embarque des algorithmes d'intelligence artificielle pour éviter les fausses alertes. Ce système a reçu le Trophée bronze d'Expoprotection 2020.

Quel est le point commun entre un agent d’entretien des routes, un cheminot de la SNCF ou un ouvrier du BTP ? Ces trois professionnels sont susceptibles de faire partie des travailleurs isolés. En effet, ils peuvent se retrouver à cheminer seuls le long d’une autoroute, d’un chemin de fer ou sur un chantier. Des situations de travail qui réclament une attention particulière de la part de leurs employeurs. Dans cette optique, de plus en plus d’entreprises équipent leurs salariés de Dati (dispositif d’alerte travailleur isolé). Des équipements qui donnent l’alerte en cas de besoin. Malheureusement, les travailleurs ont tendance à oublier leurs dispositifs dans un casier, sur le siège de la voiture ou sur le coin d’une table.

Le-Dati-Plus-embarque-des-algorithmes-d-IA

Le Dati Plus embarque des algorithmes d’IA. © T2S

De l’IA pour éviter les fausses alertes

Pour limiter ce risque,T2S le fabricant français d’équipements de protection individuelle (EPI) haute visibilité a eu l’idée d’intégrer des Dati dans une parka, une veste ou un brassard. Le Dati Plus, du nom de cette innovation, détecte et alerte sur une situation à risque de manière automatique ou manuelle. Et ce, tout en limitant le risque de fausse alerte. En effet, il fonctionne avec des algorithmes d’intelligence artificielle. Concrètement, les EPI intègrent des diodes qui clignotent et vibre, notamment, dès lors que l’utilisateur se trouve dans une situation de détresse.

Transmission via le réseau 2G

Par exemple en cas de perte de verticalité, immobilité, chute libre. Pour désactiver le signal lumineux, il suffit à l’utilisateur d’effectuer un rapide mouvement. Au bout de deux à trois pré-alertes, l’IA saura déterminer si l’utilisateur se trouve en situation de détresse. Dans ce cas, il transmettra une alerte via le réseau 2G vers des aidants préenregistrés. Il peut s’agir de salariés de l’entreprise ou d’agents de télésurveillance externalisés.

80 grammes seulement

Plutôt léger, le Dati Plus ne pèse que 80 grammes, haut-parleur et microphone compris. Lesquels s’activent automatiquement en cas d’alerte. Ce système permet à la personne aidante d’effectuer une levée de doute à distance. « En cas de nécessité, il lui suffira d’envoyer aux secours les coordonnées GPS intégrées dans le message d’alerte du Dati », explique Jean-François Lyonnet, directeur général de T2S.

Trophée bronze d’Expoprotection 2020

Cette idée innovante lui a valu de remporter cette année une distinction. Il s’agit du trophée Bronze d’Expoprotection 2020, le salon spécialisé dans la prévention des risques et la santé au travail. Une belle récompense pour cette entreprise créée il y a 45 ans. Basée à Sorbiers (Loire), cette ETI de 125 personnes en France réalise un chiffre d’affaires de 36,4 millions d’euros pour 2020 (son année fiscale se termine le 31 octobre), en progression de 7 % par rapport à 2019.

Gamme de produits connectés

Dans cette entreprise, l’innovation est au cœur de son métier. Elle s’est d’ailleurs adossée à une startup britannique créée par des ingénieurs en électronique afin de lancer une gamme de produits connectés sous la marque Eleksen. Laquelle recouvre deux produits innovants. D’abord un boîtier anti-collision qui s’embarque sur des engins afin de détecter la présence d’un piéton. Et ensuite, ce fameux dispositif d’alerte travailleur isolé.

Déjà 500 utilisateurs

Fabriqué en France, le Dati Plus a été développé avec Nov’In, une startup installée dans la Loire, spécialisée dans les systèmes embarqués. « Résultat, l’EPI supporte douze lavages, après avoir enlevé le système Dati Plus », fait valoir le directeur général qui a démarré sa commercialisation en septembre dernier. Pour l’instant, il dénombre 500 utilisateurs et prévoit d’en avoir 2 000 l’an prochain. Avec en ligne de mire, les travailleurs isolés du rail, de la pose de fibre optique, de l’enfouissement ou la réparation.

Eliane Kan

Commentez

Participez à la discussion